Jean-Luc Fonck: «Arlon a changé, mais reste agréable»

Même s’il a migré sur Bruxelles depuis plusieurs années, Jean-Luc Fonck reste attaché à la ville d’Arlon. Une ville qui l’a vu naître et grandir.

Interview : Loïc MÉNAGÉ

Il s’agit peut-être d’un des chanteurs les plus populaires du pays. Jean-Luc Fonck est né dans le chef-lieu de la province de Luxembourg. Parti vivre à Bruxelles avec ses parents alors qu’il n’avait que douze ans, l’artiste est néanmoins resté attaché à Arlon, une ville où il a gardé de nombreux souvenirs et où il n’hésite pas à revenir pour retrouver quelques copains et sa nièce.

Jean-Luc Fonck, même si vous avez quitté Arlon assez jeune, vous gardez des souvenirs de cette ville?

Évidemment. J’en garde même énormément. J’ai mes repères ici, des endroits où je passe à chaque fois que je descends dans la région. Arlon, c’est la ville où j’ai grandi et où j’ai passé une partie de ma scolarité. Cela m’a d’ailleurs marqué.

Il était agréable d’être étudiant à Arlon?

À l’époque, j’étais à l’institut Sainte-Marie, la plus grande école d’Arlon. J’ai gardé des amis de cette époque. Je suis retourné dans la cour de l’école l’année dernière. Dans mes souvenirs, elle était énorme. Là, j’ai été surpris. Je l’ai vue avec des yeux d’adulte et on ne peut pas dire qu’elle était surdimensionnée (rires). Idem pour la piscine de l’école, là où j’ai eu mes premiers cours de natation. Je me souviens aussi des défilés du 1er mai. C’est quelque chose qui n’existe plus aujourd’hui. De mon temps, nous défilions toutes les classes les unes après les autres dans les rues de la ville. Nous portions même un uniforme. Une chemise blanche, une cravate bleue, un pantalon bleu et l’écusson de l’école. Ce sont des souvenirs qui restent gravés dans ma tête.

Vous aimez tellement Arlon que vous avez écrit un livre dont l’action se passe dans le chef-lieu.

Exactement. J’ai sorti Arrête arrête tu Maitrank. L’idée était que l’action devait se dérouler dans une ville de Belgique. J’ai donc pris Arlon sans hésiter et j’ai pu faire découvrir des lieux parfois méconnus aux lecteurs.

Arlon a changé depuis toutes ces années. Vous reconnaissez encore votre ville d’enfance?

C’est vrai que ce n’est plus la même chose. Mais le constat peut s’appliquer à un tas d’autres villes. Quand je me rends à l’Hydrion, je suis toujours surpris. Quand j’étais jeune, c’était uniquement des bois et une piscine extérieure. Désormais, il s’agit d’un grand centre commercial. Mais même si les choses ont changé, je reviens toujours avec un très grand plaisir à Arlon, où je retrouve des amis.

Cela vaut donc encore la peine de venir à Arlon?

Bien sûr! Arlon reste une belle ville, une ville agréable où il fait bon vivre. Une ville qui a su conserver son patrimoine.