La mémoire qui flanche

Ils étaient tout rouges. Surtout Patrick Adam d’ailleurs. Dimitri Fourny et Patrick Adam s’allient pour la (bonne) cause : maintenir le plus de mobilité possible dans le Luxembourg.

Daniel lapraille

L’un comme député bourgmestre de Neufchâteau, l’autre comme député provincial à la mobilité. Ils se sont donné un air très fâché pour dénoncer ce qui était un projet (connu depuis longtemps) des TEC Namur -Luxembourg, supprimer le Telbus dans certaines communes centrales. C’est aujourd’hui une réalité. Le Telbus fonctionne comme un taxi, mais coûte trois fois rien. Il a été mis en place pour subvenir essentiellement aux besoins des personnes âgées, sans voiture ou aux gens précarisés. Enfin pas seulement, Brigitte Petré (écolo) par exemple, l’utilise régulièrement, confiait-elle en public lors d’un conseil provincial ! Que les TEC, amenés à serrer au maximum leur budget, pensent à supprimer les Telbus les moins utilisés n’est que l’ABC du bon gestionnaire. D’autant que ce service qui coûte la peau des fesses ne connaît qu’un très faible succès et fait double emploi avec d’autres services comme la locomobile. Mais c’est surtout l’absence de concertation qui vaut le courroux des deux politiciens. Une table ronde débouchant sur une solution globale et efficace eut tout arrangé. Sentant la place pour un persiflage très politique, le président du MR Benoît Piedbœuf dénonce l’incohérence des Don Quichotte. Le PS et le cdH ont voté le plan d’économie. Le ministre du Budget Antoine (cdH) n’est pas étranger à l’étranglement des moyens des TEC. Le président du MR l’affirme dans un communiqué : « On peut constater que la majorité PS-cdH dans notre province critique en façade ce qu’elle soutient par derrière pour donner l’illusion d’une attitude de défense des intérêts de notre population luxembourgeoise. » Ils adoptent tous l’attitude convenant à leur rôle. Patrick Adam et Dimitri Fourny en défenseurs intrépides et le président du MR en leader de l’opposition. Mais Benoît Piedbœuf n’a pas davantage de mémoire que ceux qu’il épingle. Le MR provincial ne faisait-il pas partie du train de la colère pour dénoncer le plan d’investissement 2013-2025 dévastateur pour le Luxembourg ? Or, les administrateurs libéraux de la SNCB avaient bien voté ce plan.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...