Le voyage par la poésie

Poète, nouvelliste, auteur de comptes-rendus, professeur : Paul Mathieu a plus d’une plume dans son encrier. Et surtout une grande passion : la littérature. Une passion que ce citoyen de Guerlange essaie de transmettre à ses élèves.

L.P.
Le voyage par la poésie
Semaine n°2 ©EdA - 201638486968

Au premier coup d'œil, les élèves de l'Athénée Royale d'Athus l'auront reconnu, il s'agit de leur professeur de français et d'espagnol: Paul Mathieu. Ce passionné des mots a plus d'une corde à son arc. Plus d'une plume dans son encrier, devrait-on dire. Depuis son enfance, ce passionné de littérature, l'est aussi de l'écriture. À l'âge de 15 ans, il écrivait déjà des comptes-rendus de lecture pour une revue de la Maison des Jeunes. Encore aujourd'hui, on lui commande des comptes-rendus. «Essentiellement de poésies», confie-t-il. Paul Mathieu est également poète. Un poète reconnu de ses pairs puisqu'il a reçu le prix Arthur Praillet. Un autre prix, celui de l'Académie royale de langue et de littérature française est venu récompenser «Les coquillages», un recueil de onze nouvelles mystérieuses. Cet admirateur de Paul Valéry, Stendhal, Ghelderode, Queneau ou Joyce est un écrivain prolifique. Bien qu'il n'édite pas tous ses textes. Il est toutefois toujours possible de trouver dans les librairies du coin un recueil de ses poèmes ou de ses nouvelles. «Il est surprenant aussi de découvrir à quel point les textes circulent, se fait-il la réflexion. J'ai appris par un ami que certains de mes textes ont été lus dans une émission de poésie sur une radio du sud de la France.» La poésie, un univers un peu à part dans la littérature, est une invitation à voyager. Plus encore avec Paul Mathieu, qui partage ses réflexions sur un ailleurs, sur les courants de pensée entre le 19e et le XXesiècle, sur le langage.