Euregio, pour améliorer la coopération frontalière

L’Aubangeois Jean-Paul Dondelinger a pris la présidence d’Euregio il y a un peu plus d’un an. L’occasion de faire le point sur cette ASBL qui favorise les partenariats transfrontaliers.

 Laurence Ball, directrice d’Euregio, et Jean-Paul Dondelinger, président.
Laurence Ball, directrice d’Euregio, et Jean-Paul Dondelinger, président.

Elle se veut la voix des communes au sein de la Grande Région, un vaste territoire composé du Grand-Duché, de la Wallonie, de la Lorraine française, de la Sarre et de la Rhénanie-Palatinat en Allemagne. Dans les faits, ce sont surtout les communes frontalières au Grand-Duché qui voient tout l’intérêt d’une telle structure favorisant les partenariats et le réseautage. Bien que seules quatre communes de la province de Luxembourg aient adhéré à Euregio: Attert, Aubange, Habay et Tintigny. Il leur en coûte grosso modo environ 300 € par an. "Je vais écrire aux 44 communes de la province pour voir si elle manifeste un intérêt, peut-être que certaines ne connaissent pas encore Euregio", commente Jean-Paul Dondelinger, actuel président de l’association (la présidence change tous les deux ans).

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...