Police de la route en Luxembourg: "Nos policiers sont parfois traités de nazis"

Le patron de la police de la route (WPR) de la province de Luxembourg se réjouit de voir le nombre d’accidents diminuer. Il espère que 2023 fera encore mieux. Les contrôles vont s'intensifier.

Ph.C.
 Le commissaire Dominique Cornez, patron de la WPR.
Le commissaire Dominique Cornez, patron de la WPR. ©EDA Claudy Petit 

Le commissaire Dominique Cornez, patron de la WPR de la province, espère qu’en 2023 le nombre d’accidents sur le réseau d’autoroutes et voies rapides assimilées et dont il a la charge sur 521 km (on compte les deux sens de circulation) va continuer de baisser: "En 2021, nous avons compté 521 accidents dont 6 mortels et 87 avec blessés. En 2022, ce sont 528 accidents, dont 4 mortels, mais avec 100 blessés. Les zones accidentogènes restent la descente de Resteigne sur l’E411 et celle de l’E25 à la Baraque de Fraiture. En 2023, on essayera d’être encore plus présents avec nos radars mobiles et en contrôlant les camions en collaboration avec le SPW et les services spécialisés. On constate une montée de la violence à l’égard de nos policiers qui sont parfois traités de nazis et font face aussi à de la violence physique", déplore le commissaire.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...