Des vendeurs indélicats condamnés à 90 heures

Le président du tribunal correctionnel d’Arlon, André Jordant, n’a pas eu la main trop lourde pour sanctionner deux Sud-Luxembourgeois, un d’Aubange et un de Messancy, qui ont escroqué leurs patrons pendant plusieurs années. Profitant d’une confiance un peu naïve de leurs employeurs, les sociétés exploitant les commerces Car & Com et HD Home de l’avenue de Longwy à Arlon, les deux hommes avaient mis au point un stratagème faussant les factures, celles enregistrées dans la comptabilité étant inférieures à celles présentées et payées par le client. La différence allant subrepticement dans la poche des deux malfrats. Les deux hommes sont en aveux, mais minimisent l’ampleur de leur forfaiture. Un des deux reconnaît sa totale implication, le second reconnaît avoir profité de la situation, mais rejette sur son collègue la responsabilité des fraudes et des usages de faux. Les deux sociétés estiment le préjudice à 130 000 €, les deux employés pensent qu’il ne dépasse pas les 20 000 €. La substitute du procureur du roi, Florence Ricci, avait requis douze mois de prison pour chacun des deux voleurs. Le juge Jordant a considéré les préventions établies et a stigmatisé le comportement de celui qui se dédouane en rejetant les fautes sur son copain. Les échanges de SMS entre les deux hommes ne laissent aucun doute sur leur complicité. Malgré ces attendus sévères, le juge Jordant n’a pas suivi le ministère public et a limité leur sanction à 90 heures de peine de travail et à une amende de 208 €. Il leur a accordé un sursis de trois ans pour l’amende. En ce qui concerne le dédommagement financier des parties civiles, le juge l’a limité à une provision de 20 000 € et a renvoyé la patate chaude aux protagonistes pour qu’ils s’entendent. " Vu les différences importantes entre les estimations, indique André Jordant, le tribunal, qui n’est pas un expert-comptable, ne saurait raisonnablement prendre position. Vu que la désignation d’un expert serait particulièrement onéreuse et qu’elle prendrait du temps, le tribunal invite les parties à essayer de trouver un accord à l’amiable. Si tel n’était pas le cas, les parties pourraient demander la désignation d’un expert. "

Christian VAN HERCK
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...