Bouillon: les six soeurs de Cordemoy menacées d'être relevées de leurs voeux !

Menaces graves et pression maximale sur les sœurs de Cordemoy : une plainte en harcèlement est déposée à la police de Bouillon par leur avocat bruxellois, Me Paul Muylaert.

Philippe Carrozza
 La Commission de fermeture a trouvé porte close le 3 décembre. Le ton est monté.
La Commission de fermeture a trouvé porte close le 3 décembre. Le ton est monté. ©Ph. C. 

Pression d’enfer sur les six moniales cisterciennes âgées de 70 à 80 et domiciliées à l’abbaye de Clairefontaine de Cordemoy à Bouillon. Pression de qui ? De la commission de fermeture et, derrière celle-ci, la main de l’instance supérieure. "Ils essayent de faire craquer ces sœurs et de les avoir à l’usure pour qu’elles quittent définitivement leur monastère, explique leur avocat, le Bruxellois Paul Muylaert. "C’est ignoble cet abus de pouvoir, parce qu’il s’agit bien de cela. Or, les supérieurs ont reconnu que l’ordre d’expulsion des sœurs de Cordemoy reposait sur une erreur. Et, malgré cet aveu, les Cisterciens continuent à harceler ces religieuses qui poursuivent leur vie monastique exemplaire, gérant leur abbaye avec une quinzaine de bénévoles. Mais quelle image désastreuse pour l’Église que toute cette affaire !", conclut l’avocat qui rappelle que le droit canon ne prime pas sur le droit civil.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...