Le député Piedbœuf attaque la gestion de la fusion Bastogne-Bertogne, le mayeur Franco réplique

Suite à la consultation populaire, Benoît Piedbœuf critique la gestion des deux collèges dans la fusion. Jean-Marc Franco n’a pas apprécié.

Xavier Creer
 Benoït Piedbœuf (MR) critique le processus de fusion, qui a été validé entre autres par les libéraux, au Parlement wallon.
Benoït Piedbœuf (MR) critique le processus de fusion, qui a été validé entre autres par les libéraux, au Parlement wallon. ©Photo News 

Les résultats de la consultation populaire organisée dimanche à Bertogne ont amené leur lot de discussions et de commentaires ces dernières heures.

Le député fédéral Benoît Piedbœuf (MR) s’est invité dans le débat. Via un communiqué, en soulignant d’abord qu ’"avec un taux de participation de 42%, c’est un réel succès. Le rejet de la fusion par 65% des avis exprimés, l’est tout autant", il critique ensuite la manière d’agir de la majorité. "La décision de fusion Bastogne-Bertogne n’a pas pris en compte le ressenti de la population, débute Benoît Piedbœuf. Ces résultats démontrent sans aucune ambiguïté que cette façon de procéder doit être considérée comme viciée démocratiquement. On ne peut en effet pas tourner le dos à l’expression démocratique de la population d’une des deux communes." Le président du MR Luxembourg, de la même famille politique que certains membres de la minorité bertognarde, va plus loin, en proposant de reprendre le processus depuis le début: "Les collèges devraient faire amende honorable et reprendre le dossier à son début en impliquant les premiers concernés par la démarche, à savoir leurs concitoyens".

Benoît Piedbœuf de conclure: "La fusion sur base volontaire est un système défendable et qui peut être intéressant, voire même encouragé, mais il doit reposer sur une adhésion populaire, surtout lorsque la taille des communes concernées n’est pas équivalente. Le passage en force ne constitue en aucune manière une bonne méthode pour envisager l’avenir…"

« Monsieur Piedbœuf n’a aucune cohérence »

Le ton est donné par le député MR. Et il n’a clairement pas plu au bourgmestre de Bertogne, Jean-Marc Franco. Ce dernier a répliqué, également via un communiqué. "Monsieur Piedbœuf oublie que le parlement wallon a rejeté un amendement proposant de rendre obligatoire la consultation populaire en juillet de cette année, commente d’abord le mayeur. Il confond référendum et consultation populaire. On le renvoie vers ses juristes pour lui expliquer la différence entre les deux. Aussi pour lui expliquer les obligations contenues dans le décret sur les fusions, votées par le parlement wallon sur un texte proposé par la ministre… MR Valerie Debue." Précisant que ces obligations ont été respectées par les deux Communes, Jean-Marc Franco pointe une absente totale "de cohérence politique". Il développe: "En 2016, une consultation populaire a eu lieu dans la commune de Fauvillers concernant la reprise de la gestion de l’eau par la SWDE. Malgré une participation semblable (38%) à celle de ce dimanche et un résultat proche (57% contre), la Commune, dont le MR est dans la majorité, avait décidé de remettre son réseau. Bizarrement. Monsieur Piedbœuf ne s’en était absolument pas ému à l’époque. Et ses mandataires MR sont bien restés dans la majorité communale." Le mayeur conclut: "Ses critiques actuelles ne sont donc absolument pas crédibles. Sa position varie simplement en fonction de la présence du MR dans l’opposition ou dans la m ajorité communale !"

Une certitude, cette fusion n’a pas fini de faire parler.