Bouillon: les soeurs de l'abbaye de Cordemoy ne partiront pas le 3 décembre

Elles sont protégées par un décret wallon et leur avocat portera le dossier au plus haut, au Vatican. L’abbaye de Cordemoy ne fermera pas le 3 décembre. Les sœurs sont là au moins jusqu’en mars.

Philippe CARROZZA
 Ce ne sera pas une messe d’adieu à l’abbaye de Cordemoy ce dimanche 20 novembre 2022. Que du contraire, si on en croit l’avocat des six religieuses cisterciennes!
Ce ne sera pas une messe d’adieu à l’abbaye de Cordemoy ce dimanche 20 novembre 2022. Que du contraire, si on en croit l’avocat des six religieuses cisterciennes! ©ÉdA – 301885077807

En dépit de ce qui circule sur les réseaux sociaux, la messe de ce dimanche 20 novembre à l’abbaye de Clairefontaine de Cordemoy à Bouillon, ne sera pas la dernière. En effet, les six religieuses qui continuent à gérer leur monastère depuis cinq ans, sont protégées par un décret wallon, comme l’explique leur avocat, le Bruxellois Paul Muylaert, qui les conseille depuis des années: "Le 22 septembre dernier, le parlement wallon votait un décret interdisant qu’on expulse les personnes de chez elles durant les mois d’hiver. Ce texte est paru au Moniteur le 11 octobre. Concrètement, même si un jugement ordonnait l’expulsion de quelqu’un, il est interdit de le rendre exécutoire entre le 1er novembre et le mois de mars 2023. Les religieuses de Cordemoy, constituées en ASBL, sont toutes domiciliées dans l’abbaye dont elles sont propriétaires. Elles relèvent du droit civil ; droit civil, j’insiste qui s’impose au droit canon", conclut l’avocat.