Wendy Orban (Tenneville) à la rencontre des entrepreneurs de pompes funèbres : comment gèrent-ils leurs émotions ?

Dans le cadre de son TFE à l’ULg, Wendy Orban s’est penché sur les émotions chez les entrepreneurs de pompes funèbres de la province.

Jean-Michel BODELET
 Wendy Orban est allée à la rencontre de 10 entrepreneurs de pompes funèbres de la province.
Wendy Orban est allée à la rencontre de 10 entrepreneurs de pompes funèbres de la province. ©ÉdA

"Comment les entrepreneurs de pompes funèbres gèrent-ils leurs émotions ?" Question qui peut paraître saugrenue mais qui, à l’analyse, recèle de nombreux enseignements. Cette question, elle a fait l’objet d’un Travail de Fin d’Etude, TFE, réalisé par Wendy Orban, dans le cadre de son master en science du travail réalisé à l’Université de Liège. Cette citoyenne de Tenneville, qui a brillamment réussi, explique la genèse de ce travail: "Je regardais un reportage sur les attentats du 11 septembre. On mettait en avant, à juste titre, le travail des services de secours, pompiers, policiers, ambulanciers. Et à aucun moment, on ne parlait des entreprises de pompes funèbres qui, elles aussi, ont été actives sur le terrain." Cette interrogation, elle le transforme en sujet de TFE, très positivement accueilli par ses promoteurs. "On a pointé l’originalité du sujet" note-t-elle.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.