Le dialogue plutôt que l’ingérence

Contacté après une réunion avec ses collègues du sud de la province, le doyen d’Arlon, Pascal Roger, nous a donné son sentiment face à cette situation.

O. L.

"La crise énergétique touche fortement et inquiète les Communes qui doivent non seulement trouver, mais aussi rendre compte des économies à faire. L’église se questionne aussi et travaille dans la même optique, et c’est légitime. Dans ce contexte, la politique idéale à adopter est celle de la concertation et de l’entente entre les communes et les fabriques. Certaines idées ont déjà été proposées comme limiter la température pendant les offices à 16°, de toute façon les fidèles ont leur manteau pendant l’office ou quand deux messes se disent en même temps dans deux églises, rassembler les paroissiens dans la plus petite. L’attitude la plus juste à avoir est de considérer cette crise avec beaucoup de sérieux en s’aidant tout en gardant ses prérogatives."

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.