Un DJ gaumais joue à Tomorrowland (vidéo)

Arthur Divoy, connu en tant que DJ A.R.T a fait à 22 ans l’ouverture d ‘une scène de Tomorrowland vendredi 29 juillet.

Benjamin Watelle

« Je ressors de scène des étoiles plein les yeux et de la transpiration plein le visage », s’amuse Arthur Divoy, quelques dizaines de minutes après sa prestation. Vendredi à 13 heures, le jeune DJ originaire de Mussy-la-ville faisait le set d’ouverture de la scène Harbour house sous son nom de scène A.R.T, au célèbre festival Tomorrowland à Boom dans la province d’Anvers. Installé dans un décor reproduisant une grange convertie en théâtre avec une soucoupe volante écrasée dans le toit, le DJ mixait au milieu du lac.

Parmi les nombreux festivaliers rassemblés pour écouter et danser devant le jeune prodige mussipolitain de 22 ans, on pouvait voir un public déjà acquis à sa cause mais aussi de nouveaux spectateurs qui se sont laissés conquérir par la musique en passant à proximité."C’était incroyable, depuis que je suis tout petit c’est un rêve, ça a été annulé, reporté, ma place était toujours remise en cause et finalement, j’y suis arrivé", confie-t-il à peine remis de ses émotions.

La consécration à Tomorrowland

Pendant deux heures, Arthur a enchaîné les remix de tubes connus comme le classiqueGimme, gimme, gimmede Abba mais il a aussi passé quelques-unes de ses propres compositions commeIn the middle, la dernière en date.

Publié il y a quelques mois, le clip de la chanson cumule plus de 26000 vues sur YouTube tandis que sa chanson la plus populaire,You’ll be mine, a dépassé les 50000 vues. "Habituellement j’ai du mal à jouer mes propres morceaux à un concert parce que je me dis que les gens ne connaissent peut être pas. Je me suis dit qu’à Tomorrowland, les gens me connaissent encore moins, alors j’ai joué mes morceaux. Les gens ont vraiment été super-réactifs, même s’ils ne connaissaient pas, il y avait cette petite vibe où les gens se sont dits c’est sympa", raconte Arthur.

"C’est une belle fierté de se dire qu’on vient d’un bled paumé et que finalement rien n’est impossible", exulte le mussipolitain. Il était déjà venu à Tomorrowland il y a quelques années, mais c’était alors en tant que festivalier avec des amis,"J’avais eu l’occasion de prendre la température, ça m’a donné encore plus envie d’y arriver."

 Malgré son jeune âge, Arthur est déjà très à l’aise sur scène.
Malgré son jeune âge, Arthur est déjà très à l’aise sur scène. ©Benjamin Watelle

Si Arthur ne stresse pas forcément avant de monter sur scène habituellement, il a cette fois ressenti une petite pression."On joue à la maison, ça fait plaisir mais il y a une préparation un peu supérieure parce qu’on ne veut pas se louper, c’est quand même Tomorrowland! On a une grande pression de se dire que tous les DJ n’y arrivent pas, c’est le rêve de beaucoup de gens, donc ça, je le prends très au sérieux"développe-t-il.

Malgré tout, A.R.T est resté fidèle à lui-même en se laissant une part d’improvisation dans son set et en profitant au maximum, finissant même le concert en se jetant dans la foule."C’est ce que j’aime faire, quand un set est préparé de A à Z, ça se ressent. Il faut apprendre à improviser, à lire son public",selon lui.

Un rêve de gosse

C’est à neuf ans, en tombant par hasard sur un CD de ses parents du célèbre DJ français David Guetta, que le jeune homme a eu envie de devenir DJ,"J’ai trouvé ça incroyable; je me suis renseigné sur le personnage, sur le style de musique…".

À dix ans, il achète ses premières platines et à force d’entraînement il commence à se faire connaître autour de lui en se produisant partout où c’était possible."De fil en aiguille, j’ai fait des soirées de plus en plus grosses, des soirées privées, des mariages…", se souvient-il.

Autodidacte, Arthur a appris tout seul à utiliser ses platines. Il y a une dizaine d’années, les tutos n’étaient pas aussi répandus qu’aujourd’hui sur Internet. Il ne voit cependant pas cette méthode d’apprentissage comme un inconvénient,"Ce n’est pas plus mal parce que j’ai appris à développer une technique bien à moi."

Petit à petit, le passionné de musique s’est émancipé des artistes qu’il admire pour trouver son propre style."Pendant tout un moment, j’essayais de m’inspirer de ce que faisaient mes idoles puis naturellement, j’ai commencé à arrêter de regarder ce que faisaient les autres", témoigne-t-il.

Actuellement étudiant en relations publiques à Namur, Arthur attend de terminer ses études l’année prochaine pour se consacrer pleinement à sa carrière d’artiste.

 Toujours aussi impressionnante, la scène principale de Tomorrowland attire des milliers de festivaliers chaque jours.
Toujours aussi impressionnante, la scène principale de Tomorrowland attire des milliers de festivaliers chaque jours. ©EdA Mathieu Golinvaux

On a l’impression que tout lui réussi, après avoir été récompensé d’un Octave de la musique en 2020 et avoir joué à Tomorrowland en 2022, quelle sera la prochaine étape pour Arthur? Cela pourrait être de revenir jouer au festival, et peut-être même sur une scène plus grosse. En tout cas, il ne serait pas contre,"Évidemment je ne dirais pas non à la mainstage, mais simplement revenir sur cette scène-là ça serait déjà super, je me suis éclaté. Peu importe la scène qu’on me propose, je dirai oui avec grand plaisir."