Musson : des bénévoles se mobilisent pour protéger les batraciens lors de leur migration

Pour la quatrième année consécutive, des équipes se mobilisent autour de Grégory Hilger pour assurer la migration de centaines de batraciens.

Jean-paul Dauvent
 À Willancourt (Musson) plus de 700 mètres de bâches empêchent les batraciens de traverser la voirie.
À Willancourt (Musson) plus de 700 mètres de bâches empêchent les batraciens de traverser la voirie. ©ÉdA

Dans la commune de Musson, deux sites accueillent des volontaires pour aider les batraciens à traverser des voiries fort fréquentées. D’une part à Gennevaux, face aux écuries Montessori où Vanessa Deom et ses équipes se retrouvent régulièrement, d’autre part à Willancourt le long de la rue Fernand Baillieux où Grégory Hilger a installé son quartier général. " La route est très fréquentée par des navetteurs, les véhicules roulent rapidement. La commune a installé des obstacles avec panneaux de limitation à 30 km/h, mais le soir cela ne suffit pas. De nombreux animaux se font écraser " indique le responsable. Alors pour permettre aux batraciens de quitter en toute quiétude le bois, lieu d’hibernation et rejoindre les étangs pour se reproduire, un système de bâches pour les empêcher de traverser chaotiquement cette route a été installé sur plus de 700 mètres. Les petits amphibiens glissent naturellement dans un seau. Le soir venu, il vient précautionneusement prélever sa récolte pour la déposer de l’autre côté de la rue. Certains jours sont plus propices, il faut minimum 7° et agir avant le lever ou après le coucher du soleil. " L’opération se déroule avec l’aide précieuse du service Travaux de la Commune de Musson qui a mobilisé ses équipes et son matériel pour installer ce système puis aussi les membres du Conseil Communal des Enfants qui ont décoré les bâches à l’aide de pochoirs.