Troiano définitivement condamné pour son triple meurtre

Le pourvoi d’Amédeo Troiano a été rejeté. Il est définitivement condamné pour l’assassinat et les meurtres du couple de banquiers et d’Esteban.

Belga
Troiano définitivement condamné pour son triple meurtre
Amédeo Troiano restera condamné à perpétuité pour avoir assassiné le banquier de Visé, tué son épouse et leur filleul Esteban Counet de Limbourg. ©ÉdA – Philippe Labeye

La cour de cassation a rejeté, mercredi, le pourvoi en cassation introduit par Amédeo Troiano contre l’arrêt de la cour d’assises de Liège qui l’a condamné à la réclusion à perpétuité en février dernier. Amédeo Troiano, 38 ans, avait été reconnu coupable de l’assassinat de Benoît Philippens et des meurtres de Carol Haid et d’Esteban Counet. Ce couple de banquiers et leur filleul de 9 ans avaient été abattus le 18 avril 2014 à Visé.

Amédeo Troiano avait qualifié le verdict de la cour d’assises de Liège de «scandaleux», affirmant être innocent. Ses avocats s’étaient ensuite pourvus en cassation contre les arrêts de culpabilité et de condamnation de la cour d’assises. Mais la cour de cassation a rejeté mercredi leurs arguments. Les arrêts de la cour d’assises de Liège deviennent donc définitifs. Le jury avait retenu qu’Amédeo Troiano avait dirigé sa vengeance contre Benoît Philippens et l’avait assassiné. Il avait aussi considéré qu’il avait commis les meurtres de Carol Haid et d’Esteban Counet, uniquement parce que ces deux victimes accompagnaient Benoît Philippens au moment de son assassinat. Ensuite, la cour avait condamné le coupable à la réclusion à perpétuité.

Benoît Pilippens et Carol Haid, un couple de banquiers, ainsi que leur filleul, Esteban Counet, avaient été exécutés de plusieurs tirs par arme à feu alors qu’ils descendaient de voiture, dans l’allée de leur villa, située rue de Berneau à Visé, le 18 avril 2014 vers 22 h 20.

L’enquête avait démontré que les banquiers avaient refusé un crédit à Amédeo Troiano qui avait sollicité leur banque en 2011 pour obtenir un important prêt d’argent.

Amédeo Troiano avait engagé des dépenses importantes dans un projet commercial et, suite au refus du prêt, il avait considéré que les banquiers de Visé étaient responsables de sa débâcle financière.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...