Meurtre de Malek à Ougrée : l'adolescente a été agressée sexuellement avant d'être tuée

Le parquet de Liège a fait le point sur les faits dramatiques qui ont conduit à la mort de l’adolescente.

Jean-Michel Crespin
Le parquet de Liège a organisé au point presse, ce jeudi, concernant la mort de la jeune Malek.
Le parquet de Liège a organisé au point presse, ce jeudi, concernant la mort de la jeune Malek. ©JMC

Jeudi en fin d’après-midi, le parquet de Liège a fait le point sur le dramatique dossier relatif à la mort de Malek, cette jeune adolescente originaire d’Anderlecht et retrouvée sans vie, vendredi dernier peu avant midi, dans le Bois Saint-Jean, à Seraing.

Ainsi, au niveau judiciaire, tout commence jeudi dernier vers 21 h 30, lorsque la maman de Malek se présente à la police de Bruxelles pour faire part de la disparition de ses deux filles Malek (13 ans) sa petite sœur âgée d’à peine 2 ans. Elle a ainsi expliqué que les deux filles avaient quitté le domicile familial vers 15 heures, pour aller se promener. Puis vers 18 h, Malek a appelé la maman pour lui signaler qu’elle était avec une amie et qu’elle allait aller faire des courses.

Le temps a passé et devant l’absence prolongée de Malek et de sa sœur, la maman est allée déposer plainte. Cette double disparition a été prise au sérieux par la police qui eut vite fait de déterminer que l’adolescente qui n’avait pas de téléphone avec elle, avait appelé sa maman avec le GSM d’Olivier T., un Sérésien déjà bien connu des autorités judiciaires. L’appareil a été localisé en région liégeoise et des recherches ont immédiatement été entreprises, en vain. Il faut écrire qu’Olivier T. est officiellement SDF et est donc difficilement localisable.

Un terrible drame s'est joué à Ougrée il y a quelques jours. Le principal suspect avait promis un shopping à 3.000 euros à l'adolescente de 14 ans décédée.
Un terrible drame s'est joué à Ougrée il y a quelques jours. Le principal suspect avait promis un shopping à 3.000 euros à l'adolescente de 14 ans décédée. ©Léva/DR

Beaucoup de questions

Ce n’est que le lendemain matin vers 6 h, que le corps sans vie de ce dernier a été retrouvé. “Selon le médecin légiste qui a procédé à l’autopsie du corps ce lundi, il ne fait aucun doute que le suspect se soit suicidé”, explique Catherine Collignon, la porte-parole du Parquet de Liège. L’homme a en effet été retrouvé pendu à l’aide de sa ceinture à une grille d’un immeuble de Neupré.

Ce n’est donc que quelques heures plus tard que le corps sans vie de Malek a été retrouvé à quelques kilomètres de là, à Ougrée. “Selon son autopsie”, poursuit Catherine Collignon, “Malek est décédée dans la soirée de jeudi, entre 18 et 23 heures. Elle portait des traces de strangulation et souffrait d’un important traumatisme crânien. La jeune fille portait enfin des traces d’agression sexuelle, mais les analyses sont toujours en cours”.

À l’heure d’écrire ces lignes, il est impossible de dire si la petite sœur de Malek a été témoin du meurtre de sa sœur. “Elle a été retrouvée dans la voiture du suspect et y a passé la nuit. Elle était en état de choc, mais elle va mieux aujourd’hui. Nous ne l’entendrons pas. Elle n’a que 2 ans et est élevée dans trois langues différentes, elle ne verbalise pas et ce n’est donc pas possible”.

L’enquête, même si l’auteur semble connu et décédé n’est pas bouclée pour autant. Beaucoup de zones d’ombre, sont encore en effet présentes comme, par exemple, le fait de savoir si Malek et sa sœur se sont rendues dans une maison ou si elles sont restées à l’extérieur toute la soirée de jeudi. Olivier et l’adolescente se connaissaient-ils vraiment ou se sont-ils physiquement rencontrés pour la première fois jeudi dernier après avoir conversé sur Snapchat ? A-t-il voulu abuser rapidement de la jeune fille puisque sa mort se situe potentiellement peu après leur rencontre… Bref, des questions légitimes pour la famille de Malek et peu de réponses.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...