Le Tour du Condroz, un an après la tempête Remco Evenepoel

La classique pour juniors a lieu ce samedi. Qui succédera au phénomène Remco Evenepoel?

J.G.
Le Tour du Condroz, un an après la tempête Remco  Evenepoel
Evenepoel avait étalé sa classe sur le dernier Tour du Condroz. ©ÉdA

Ce n'est, entre guillemets, qu'une course pour juniors. Mais cette classique pour les 17 et 18 ans est souvent citée depuis un an, sur la scène internationale. Depuis la percée de Remco Evenepoel chez les pros. Car si son exploit au Championnat du monde est régulièrement cité, une autre anecdote revient souvent concernant le récent vainqueur du Tour de Belgique: sa domination au Tour du Condroz. Où l'organisateur avait dû… lui demander de ralentir, pour ne pas mettre tout le peloton hors course! «Cela avait été phénoménal», se rappelle Freddy Havelange, le speaker du vélo. «J'étais sur ce Tour du Condroz 2018. Je me souviens avoir vu Patrick Evenepoel, son papa, au départ. Et il m'avait alors annoncé que Remco avait déclaré à sa maman, au petit-déjeuner, qu'il pensait qu'il doublerait le peloton. Et il a quasiment failli le faire! Sur le Tour du Condroz, le circuit local est assez court et a toujours fait cinq kilomètres. Cela n'avait jamais posé de problèmes.» Jusqu'à la présence du phénomène Remco Evenepoel. Qui s'était imposé (en levant le pied sur la fin, donc), avec plus de quatre minutes d'avance sur son premier poursuivant et près de sept minutes sur le premier groupe de poursuivants, parmi lesquels figurait Emerson Fontaine.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.