Fin des travaux des tunnels Kinkempois et des Grosses battes: «C’était un véritable désastre» (vidéo)

A Liège, les travaux de la liaison E25-E40/A602 touchent à leur fin, mais la vitesse restera limitée à 50 km/h malgré tout.

Mathieu Golinvaux

Après plusieurs semaines de travaux, le 23 août prochain dès six heures du matin, les automobilistes liégeois pourront à nouveau utiliser les tunnels Kinkempois et des Grosses battes, de la liaison E25-E40/A602. Exécutés durant l’été pour minimiser les désagréments de mobilité, les travaux touchent en effet à leur fin. « Et nous sommes dans les temps, se réjouit Héloïse Winandy, porte-parole de la SOFICO. Plus que quelques jours de patiente et les usagers pourront à nouveau emprunter entièrement la liaison. »

C’était un véritable désastre quand nous avons découvert les lieux après que l’eau se soit retirée.

Il y a 13 mois, suite aux inondations de l’été dernier, le tunnel et les locaux techniques s’étaient complètement retrouvés sous eau. "Toutes les dalles de faux plancher avaient bougé, par exemple, c’était un véritable désastre quand nous avons découvert les lieux après que l’eau se soit retirée, se souvient Rudy Noël, le responsable d’exploitation. L’eau est montée tellement haut que toutes les installations se sont retrouvées noyées. Pour le moment, nous travaillons toujours avec une installation provisoire. Cela permet d’alimenter le strict minimum qui avait été convenu pour pouvoir répondre au minimum des normes."

Fin des travaux des tunnels Kinkempois et des Grosses battes: «C’était un véritable désastre» (vidéo)
©EdA Mathieu Golinvaux

Si le tunnel a été impacté par les inondations, certaines installations étaient devenues obsolètes et le chantier qui est occupé de se terminer a également servi de mise à niveau. "Parce que la liaison a fêté ses 22 ans, souligne Héloïse Winandy. Donc nous devions tout de même réaliser une réhabilitation en profondeur de la liaison."

Cette protection passive prend la forme de 40000 mètre2 de panneaux, soit la surface d’environ quatre terrains de football.

Une protection passive a notamment été installée tout le long du toit du tunnel. "Celle-ci va notamment permettre de protéger l’infrastructure en cas d’incendie et donc de limiter par la suite la durée des réparations et donc de limiter l’impacte sur le trafic en cas d’incendie, ajoute la porte-parole. Cette protection passive prend la forme de 40000 mètre2 de panneaux, soit la surface d’environ quatre terrains de football. Pour placer cette protection passive, nous avons dû retirer l’ensemble des équipements qui doivent être replacés en fin de chantier. C’est ce que nous terminons de faire actuellement."

Fin des travaux des tunnels Kinkempois et des Grosses battes: «C’était un véritable désastre» (vidéo)
©EdA Mathieu Golinvaux

Par ailleurs, plus de 650 luminaires de l’éclairage de base ont été placés. Ceux-ci s’accompagnent de 4,5 kilomètres de chemin de câble et de 10 kilomètres de nouveaux câbles électriques. "On peut également épingler les trois kilomètres de fibre laser, une fibre optique assez délicate qui a été placée au plafond dans le cadre de la détection incendie", complète encore Héloïse Winandy.

On peut également épingler les trois kilomètres de fibre laser, une fibre optique assez délicate qui a été placée au plafond dans le cadre de la détection incendie.

La vitesse toujours limitée à 50km/h

Si les usagers retrouveront le tunnel dès le 23 août, la vitesse restera limitée à 50 km/h comme avant les travaux. "Parce que les conditions de sécurité ne nous permettent pas, pour l’instant, de rehausser la vitesse (NDLR: à 80km/h, comme avant les inondations)", termine la porte-parole. La situation devrait rester identique pendant plusieurs mois au moins, certains matériels manquants tardant à arriver. Et pourrait même rester définitivement puisque des études ont démontré que le nombre d’accidents ont été divisés par deux depuis la réduction de vitesse, alors que le gain de temps n’est que de maximum deux minutes entre 50 et 80 km/h.

Les conditions de sécurité ne nous permettent pas, pour l’instant, de rehausser la vitesse.
Fin des travaux des tunnels Kinkempois et des Grosses battes: «C’était un véritable désastre» (vidéo)
©EdA Mathieu Golinvaux
Fin des travaux des tunnels Kinkempois et des Grosses battes: «C’était un véritable désastre» (vidéo)
©EdA Mathieu Golinvaux