Liège: Plus de deux millions d’euros de gains avec des SMS frauduleux

Des personnes en séjour irrégulier se voyaient proposer d’envoyer des messages contre rémunération

Sarah Rasujew
Liège: Plus de deux millions d’euros de gains avec des SMS frauduleux

Achraf, 35 ans, a écopé d’une peine de quatre ans de prison et 15000 euros d’amende pour avoir participé à une organisation de “smishing”, c’est-à-dire l’envoi de SMS frauduleux qui piègent les victimes et les escroque en leur faisant verser de l’argent. Les détenteurs de GSM ont pratiquement tous reçu un ou plusieurs SMS de ce type. Des escrocs se font passer pour des opérateurs de téléphonie, des sociétés diverses, mais aussi parfois pour le SPF Finances en vous faisant croire que vous devez recevoir de l’argent ou un cadeau. Le message contient un lien Internet censé vous permettre de récupérer votre dû… Il n’en est évidemment rien et suivre ce lien va immanquablement vous conduire vers le piège. Après avoir suivi le lien, vous vous retrouverez probablement sur une page Internet ressemblant à s’y méprendre à la page de l’organisation qui est censée vous avoir contacté. Les escrocs sont alors à la manœuvre. Ils vont vous demander de réaliser toute une série d’opérations bancaires qui vont vous conduire à leur verser de grosses sommes d’argent.

Trois hommes étaient poursuivis devant la cour d’appel de Liège pour avoir ainsi détourné près de deux millions d’euros à 160 victimes dans toute la Belgique. Mais des personnes un peu partout dans le monde ont également été victimes de cette organisation. Omar et Walid ont été acquittés en instance.

La cour a confirmé ces acquittements. Seul Achraf, toujours détenu, est le seul à avoir comparu devant la cour d’appel. “Ils m’ont demandé de donner des téléphones à des personnes qui voulaient voyager sans papier”, a-t-il indiqué. “Ils devaient acheter des cartes SIM et envoyer des SMS. Au départ, je ne savais pas qu’il s’agissait de SMS frauduleux. Mais j’ai fini par recevoir des messages d’insultes et là j’ai compris.” L’homme a expliqué sa participation aux faits par son besoin d’argent. “Je voulais faire des études, mais le minerval coûtait très cher. J’ai reçu 15000 euros. Mais il ne m’est resté que 2300 euros au final. J’ai voulu sortir de cette association.”

L’homme donnait 300 euros à chaque personne qui voulait bien envoyer des SMS. Selon le parquet fédéral, l’intéressé avait un rôle bien plus important que celui qu’il veut bien admettre. La cour n’a pas cru à ses explications et a suivi le réquisitoire. Les magistrats l’ont condamné à une peine de prison ferme et une confiscation par équivalent.