Assises Liège: Fabrice Casse avait menacé de tuer Françoise Donckers à plusieurs reprises

La cour d’assises de Liège a poursuivi mardi matin les auditions des différents enquêteurs au procès de Fabrice Casse, un Verviétois accusé des assassinats de Françoise Donckers et de sa fille Mya Huberty.

Belga
Assises Liège: Fabrice Casse avait menacé de tuer Françoise Donckers à plusieurs reprises

La cour d’assises de Liège a poursuivi mardi matin les auditions des différents enquêteurs au procès de Fabrice Casse, un Verviétois accusé des assassinats de Françoise Donckers et de sa fille Mya Huberty. De nombreuses disputes avaient émaillé la vie du couple. Fabrice Casse avait menacé de tuer Françoise Donckers à plusieurs reprises. Les faits reprochés à l’accusé se sont déroulés le 26 août 2020 à Spa. Françoise Donckers, âgée de 40 ans, et sa fille âgée de 12 ans, Mya Huberty, avaient toutes deux été tuées de plusieurs coups de couteau.

L’enquête a démontré que le couple formé par Fabrice Casse et Françoise Donckers a vécu plusieurs disputes et scènes de tensions. Leur relation a débuté en mars 2020. Fabrice Casse s’est montré rapidement jaloux, menaçant de tuer les hommes qui se trouvaient dans l’entourage de Françoise Donckers: le père de Mya ou même un homme qui la véhiculait sur son lieu de travail. Fabrice Casse était aussi mécontent quand il n’obtenait pas de vidéoconférence avec Françoise Donckers ou quand elle n’interagissait pas avec lui par téléphone ou sur les réseaux sociaux. Il se montrait agressif et insultant envers elle, se plaignait d’elle auprès d’autres personnes et menaçait de s’en prendre à son intégrité physique. À plusieurs reprises, Fabrice Casse avait prononcé ou écrit des menaces de mort.

L’accusé formulait aussi divers reproches envers la fille de Françoise Donckers, Mya Huberty, se plaignant de son éducation ou de sa manière de travailler à l’école.

Les enquêteurs ont terminé leur exposé en détaillant l’évolution des déclarations de l’accusé, qui avait nié son implication pendant plusieurs semaines. Ils ont aussi montré aux jurés un film comprenant la reconstitution des faits, une analyse des éléments de téléphonie et un relevé des différents trajets effectués par l’accusé vers le domicile de Françoise Donckers.