Verdict attendu en fin d’après-midi au procès de Brahim Cherabi et de Younis Bahou

Les jurés de la cour d’assises de Liège ont entendu, vendredi matin, les répliques des différentes parties au procès de Brahim Cherabi et Younis Bahou, accusés de l’assassinat de Rachid Moumen.

Verdict attendu en fin d’après-midi au procès de Brahim Cherabi et de Younis Bahou

La délibération a débuté peu après 13h30 et le verdict du jury est attendu en fin d’après-midi.

Les faits reprochés à Brahim Cherabi (30 ans) et Younis Bahou (25 ans) s’étaient déroulés le 6 juin 2018 vers 17h28 dans le quartier de Bressoux (Liège). Rachid Moumen, un Liégeois âgé de 36 ans, avait été tué d’un coup de couteau porté au thorax.

Lors des répliques, l’avocat de la famille de la victime a insisté sur la qualification d’assassinat. Me Paul Delbouille a critiqué l’attitude du parquet, qui avait sollicité une qualification nettement moins grave pour ces faits.

L’avocat général Fabienne Bernard a confirmé son réquisitoire et sollicité une qualification des faits en coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Elle avait écarté les faits d’assassinat, estimant que le doute subsiste sur l’intention homicide de la part des deux accusés. Le ministère public estime que les circonstances aggravantes de préméditation et liées à la mort de la victime doivent être appliquées aux deux accusés.

Les avocats de Brahim Cherabi, Me Philippe Zevenne et Me Thomas Hames, réclament son acquittement pour l’assassinat et une culpabilité de coups et blessures. Ils estiment que la circonstance aggravante liée au décès involontaire de la victime pourrait aussi tomber, car ils affirment que leur client n’a pas porté de coups de couteau.

Les avocats de Younis Bahou, Me Jean-Louis Gilissen et Colin Gilissen, plaident aussi l’acquittement pour l’assassinat et une qualification en coups et blessures. Ils affirment que leur client n’est pas l’auteur du coup de couteau fatal et qu’il n’a fait qu’utiliser une bombe lacrymogène en direction de la victime.

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.