Réouverture de la salle de consommation à moindre risque à Liège

La salle de consommation (de drogues) à moindre risque a repris ses activités lundi au centre de Liège, ont indiqué les autorités locales.

Réouverture de la salle de consommation à moindre risque à Liège

Ouverte le 5 septembre 2018 pour une période de trois ans, dans le but de lutter contre la toxicomanie de rue, la salle de consommation à moindre risque de Liège avait fermé ses portes début septembre en raison d’un litige ayant mené au non-renouvellement de la convention avec la fondation Tadam, chargée à l’époque d’en assurer la gestion. Une procédure de licenciement avait été lancée pour les travailleurs.

Le 6 septembre dernier, le sujet a été débattu au conseil communal. Le bourgmestre de Liège, Willy Demeyer, avait indiqué que l’intention n’était pas de ne pas reconduire cette convention mais qu’il convenait de revoir les modalités de fonctionnement. Une évaluation, éventuellement permanente, a notamment été sollicitée. A l’issue du débat, le conseil communal avait réitéré son soutien à cette salle.

Durant le week-end, un collège spécial s’est tenu à ce sujet et il a été décidé de confier à nouveau la gestion de la salle de consommation à moindre risque à la fondation Tadam pour trois ans. Celle-ci a donc repris ses activités, qui consistent à encadrer la consommation de personnes souffrant d’assuétudes.

A sa fermeture, la salle de consommation à moindre risque comptait 872 inscrits différents et on y dénombrait, en moyenne, 50 passages par jour.

Le projet est subsidié depuis le lancement par la Région wallonne. Celle-ci a annoncé la prolongation de son soutien à hauteur de 830.000 euros par an. Ce qui permet de fonctionner avec douze équivalents temps-plein. Les préavis des travailleurs ont été levés.

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.