Cette semaine dans vos oreilles: Turner Cody, le cow-boy belge

Chanteur américain d’une authenticité déconcertante, Turner Cody prend encore une autre dimension suite à sa collaboration avec le Belge Nicolas Michaux.

Fanny Guillaume
P.B.
Fanny GUILLAUME
Cette semaine dans vos oreilles: Turner Cody, le cow-boy belge
La route de Turner Cody croise celle de Nicolas Michaux il y a 4 ans. Aujourd’hui, le Belge produit son magnifique album, «Friends in High Places».

Auteur-compositeur originaire de Boston, Turner Cody n’en est pas à son coup d’essai. Épaisse moustache et chapeau vissé sur la tête, il traîne sa superbe voix sur des mélodies folk qui vous font offrent d’innombrables voyages immobiles.

Cette semaine dans vos oreilles: Turner Cody, le cow-boy belge

En 2017, il croise la route du Belge Nicolas Michaux qui tourne alors au Canada avec son groupe. La sauce prend immédiatement entre les deux gaillards. «Grégoire qui fait partie de mon groupe, connaissait Turner pour avoir notamment produit 60 seasons sur son label B.Y. Records, explique Nicolas Michaux. Il l'a appelé et Turner est monté dans sa mythique Mitsubishi pour nous rejoindre à Toronto où il a joué avec nous sur scène. ça a été une rencontre incroyable. On est resté éveillé toute la nuit à boire et à se raconter des histoires à propos de Bob Dylan et de plein d'autres trucs. Il nous a suivis à Montréal puis on s'est séparé mais c'était suffisant pour savoir qu'on ferait quelque chose ensemble un jour.»

Une amitié instantanée et un album

De cette amitié instantanée est né Friends in High Places, un disque produit par Nicolas Michaux et son label Capitane Records. Un album sans étiquette sur lequel la musique de Turner Cody, entre Americana, folk et pur rock, se déploie pour occuper tout l'espace. «Le genre de musique m'importe peu, vous savez, je suis juste un mec qui raconte des histoires en chansons, souligne Turner Cody. Le reste n'a pas beaucoup d'importance.»

Là où l'univers de l'Américain rencontre celui du Belge c'est lorsqu'il s'agit de créer des atmosphères. «Quand on a écouté les chansons que Turner avait en tête pour cet album, nous étions à New York, poursuit Nicolas Michaux. Il allait enregistrer la démo et on a été époustouflé par la qualité de ce qu'il présentait. Idem lorsque les paroles sont arrivées. Et, la seule chose que The Soldiers of Love (NDLR: le groupe de Nicolas Michaux) et moi pouvions faire sur ce disque c'était peut-être accentuer cet aspect cinématographique qui était déjà présent, par les arrangements et la production. Ainsi, on allait pouvoir entrer dans l'univers de Turner dès la première seconde d'écoute.»

Quant au chanteur, cette collaboration lui a permis de se concentrer pour la première fois uniquement sur la musique et l'écriture. «Il y a beaucoup de choses qui rendent cet album unique par rapport aux précédents, note Turner Cody. Mais ce que je retiendrais c'est l'attention portée aux détails. Tout est juste comme il faut et Nico avait une vision spécifique de ce que devait être l'album et l'a emmené ailleurs. J'ai ainsi pu me concentrer sur la partie la plus importante de mon travail: chanter!»

Capitane Records

Cette semaine dans vos oreilles: Turner Cody, le cow-boy belge

De retour de son escapade avec Fleetwood Mac qu’il a accompagné sur scène lors de sa dernière tournée mondiale, le chanteur et compositeur Neil Finn s’est replongé dans l’univers pop de sa formation qui n’avait plus donné signe de vue depuis plus de dix ans.

Crowded house a toujours eu le chic de composer des perles pop, directes et soignées. Composé et majoritairement enregistré juste avant le confinement, Dreamers are Waiting ne déroge pas à la règle et se révèle intemporel.

Universal

Peter Von Poehl: «Memories from Saint Forget» (***)

Cette semaine dans vos oreilles: Turner Cody, le cow-boy belge

Bricolé dans l’atelier au fond du jardin durant le confinement, ce 5e album de Peter Von Poehl s’épluche comme une orange, tantôt douce, tantôt plus amère. S’amusant à empiler les couches d’orchestration, l’orfèvre pop mêle piano léger, guitares plus sombres et sonorités electros.

En résulte un album inclassable où des perles pop (I Miss my Old Grey Sly) cohabitent avec des créations plus intimistes (Venice in my Veins, Tell me About your Dreams Last Night).

BMG

Billy F Gibbons: «Hardware» (**)

Cette semaine dans vos oreilles: Turner Cody, le cow-boy belge

«Dis Billy, on n’utiliserait pas la voiture de la pochette d’Eliminator pour faire le lien avec ZZ Top sur ton nouvel album solo? Histoire de booster les ventes?»: on imagine déjà la scène entre le type du marketing et le légendaire guitariste texan.

Ce dernier s’est enfermé dans un studio au milieu du désert pour délivrer douze plages qui suintent le rock, le blues mais aussi d’autres influences un peu plus modernes, le tout avec l’aide de l’ex-Guns and Roses, Matt Sorum.

Universal

L’interview de la semaine

Trois ans après la fin du groupe Her – suite au décès de son acolyte Simon Carpentier – Victor Solf refait surface avec un premier disque solo très réussi, Sill. There's Hope.

Un disque lumineux où l'electro pop se mâtine d'influences soul, avec des détours par d'émouvants morceaux piano-voix. Et une interview à retrouver, ici.

Le juke-box de la semaine

C’est aussi dans les bacs

Amel Bent, Camélia Jordana et Vitaa sont réunies sur un album commun: SORØRE! Un projet sur lequel les trois artistes reprennent leurs titres les plus emblématiques (7 reprises et 3 interludes).

Le single, Ma sœur, cartonne et le clip vient tout juste de sortir…

Johnny Hallyday se rappelle encore une fois à notre bon souvenir avec la sortie de Bercy 2003. Un live intégral disponible en CD, vinyle, DVD et coffret collector.

Les clips de la semaine

BRNS revient en force

Le groupe bruxellois BRNS vient de sortir un clip étonnant accompagnant le single Suffer, plus pop qu'à l'accoutumée.

Dans ce clip tourné par Alice Pétraud, on retrouve notamment David Numwami, nouvelle pépite pop belge dont on vous reparle très bientôt.

Un second titre pour Billie Eilish

Billie Eillish continue de teaser son son album, Happier than Ever, dont la sortie est prévue le 30 juillet. Elle vient d'en révéler un deuxième single, Lost Cause qui s'accompagne d'un nouveau clip. De quoi patienter encore un peu…

Bon Entendeur s’approprie Françoise Hardy

Fidèle à son ADN, Bon Entendeur remet au goût du jour Le temps des copains, titre iconique de Françoise Hardy pour apporter de la douceur à nos journées d'été.

Nouvel extrait de l'album Minuit qui sortira le 25 juin.

Sous les palmiers avec Lylac

Le Belge Lylac vous propose de vous évader sous les palmiers avec son nouveau single Under a palm tree.

Plusieurs dates de concert sont d’ores et déjà programmées dont celle du Botanique, le 25 juin (Rotonde).