90 emplois à pourvoir au CHR de la Citadelle à Liège: voici comment vous renseigner avant de postuler

À Liège, le CHR de la Citadelle recherche près d’une centaine de travailleurs, dans les secteurs médicaux mais aussi non médicaux.

Thomas Longrie
90 emplois à pourvoir au CHR de la Citadelle à Liège: voici comment vous renseigner avant de postuler
Le Job Day du CHR de la Citadelle se tiendra de manière virtuelle mercredi prochain. ©CHR

Avec pour objectif d’attirer de nouveaux talents pour continuer à renforcer et compléter ses équipes, le CHR de la Citadelle organisera mercredi prochain son traditionnel Job Day, mais cette fois de manière virtuelle au vu de la situation sanitaire actuelle liée au coronavirus. Une occasion pour les étudiants, les demandeurs d’emploi ou les personnes souhaitant changer d’orientation professionnelle d’en apprendre davantage sur les dizaines d’offres à pourvoir, que ce soit dans les secteurs médicaux ou non médicaux.

Comme l’explique l’hôpital liégeois, «les départs naturels sont remplacés». Certains services de soins sont sous tension et doivent donc être renforcés. Le fonds ‘‘blouses blanches’’ du gouvernement fédéral va par ailleurs permettre de financer certains emplois. «C’est le moment pour donner une forte impulsion à nos recrutements», souligne la directrice des ressources humaines, Valérie Maréchal.

Les personnes intéressées pourront choisir leur programme à la carte, en sélectionnant les webinaires qui les intéressent.

Lors de ce Job Day, «les personnes intéressées pourront choisir leur programme à la carte, en sélectionnant les webinaires qui les intéressent», détaille Aurélie Milis, responsable communication. «De plus, durant la journée, nos collaborateurs du département des ressources humaines seront en permanence disponibles via un chat et nous garantissons une entrevue dans les sept jours pour les candidats à un poste.»

Avec plus de 200 métiers représentés, 3.500 travailleurs et quelque 600 médecins, le CHR de la Citadelle est un employeur important de la région liégeoise. «On cherche des talents dans de multiples domaines: médecins, infirmiers, électriciens, développeurs IT, menuisiers, ingénieurs, etc.», insiste Valérie Maréchal.

«Certaines fonctions n’attirent plus», regrette Sylvianne Portugaels, directrice générale. «Simplement parce que le métier ne fait plus rêver, ou que la pénibilité est telle qu’elle décourage avant même la fin des études.»