Meurtre de Mbaye Wade à Liège: le président du PS d’Olne reçoit des menaces de mort pour avoir critiqué le Sénégal

Le président du PS d’Olne, François Yserentant, a reçu des menaces de mort après avoir commenté sur les réseaux sociaux le refus du Sénégal d’inhumer sur son territoire l’un de ses ressortissants, Mbaye Wade, à cause de son orientation sexuelle.

Meurtre de Mbaye Wade à Liège: le président du PS d’Olne reçoit des menaces de mort pour avoir critiqué le Sénégal

François Yserentant était un ami de Mbaye Wade, huissier au service du protocole de la Province, assassiné le vendredi 18 septembre à son domicile situé à Liège. Déjà incommodé par la lecture des commentaires «odieux» des internautes sous les articles concernant ce crime, il a été horrifié en apprenant que Mbaye Wade ne serait pas enterré au cimetière de Touba au Sénégal, comme le souhaitait le défunt, à cause de son orientation sexuelle.

L’homme a alors réagi sur son compte Facebook. «Je trouve cela, de la part de ce pays qui était le sien, profondément scandaleux, irrespectueux, voire clairement dégoûtant et infâme! Comment un pays peut-il refuser le retour d’un de ses enfants, à cause de son orientation (et non choix) sexuelle? Mbaye restera finalement près de nous, contrairement à ses volontés, mais nous tous serons près de lui à jamais! C’est peut-être mieux finalement, Mbaye, d’être accueilli dans ta dernière demeure dans un pays qui t’aime et non l’autre. Le Sénégal me dégoûte aujourd’hui», avait-il écrit.

Une publication qui a rapidement fait le tour du monde, comme l’explique le président du PS d’Olne. «Mes propos ont été repris dans la presse sénégalaise et depuis j’ai reçu quelques menaces de mort. Mais aujourd’hui je ne tiens pas à mettre de l’huile sur le feu», indique François Yserentant qui poursuit, «je n’attaquais pas le Sénégal et encore moins les Sénégalais, mon but n’était pas non plus d’attaquer la religion musulmane pour laquelle j’ai un profond respect. C’est simplement l’attitude qui me dérange et donc le fait qu’ils ont refusé d’enterrer un enfant du pays sur leur terre à cause de son orientation sexuelle. Or, il est important de signaler que l’homosexualité n’est pas un choix, mais un état de fait.»

Le président du PS d’Olne précise qu’il a prévenu la police des propos tenus à son égard. Il souligne que son ami reposera finalement près de lui, puisque Mbaye Wade a été enterré samedi au cimetière d’Olne. «Être humain, c’est accepter la différence de chacun dans le respect de l’autre. Un peu de calme me semble indispensable dans ce dossier comme dans d’autres. On a tous à y gagner dans la paix et la sérénité. La vie est si courte», clôture enfin l’olnois.

Le corps sans vie de Mbaye Wade a été découvert vendredi 18 septembre à son domicile par son compagnon, l'avocat Pascal Rodeyns. La victime avait reçu plusieurs coups de couteau et divers objets avaient été volés dans l'habitation.

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.