Patients en hôpitaux: les sanglots confinés d'Anne et tant d'autres...

Une lourde chute à cheval, une paralysie des membres inférieurs, une longue hospitalisation. Puis, le Covid-19 et le confinement imposé à l’hôpital. Pour Anne et tant d’autres patients, l’isolement est ressenti comme une double peine. Mais ça commence à bouger.

Emmanuel Huet

Anne, cavalière de 34 ans, et Destiny, sa jument, filent le parfait amour. Ce 19 décembre 2019, Anne s'entraîne avec des amies au manège de Butgenbach. Sur la piste, Destiny se cabre soudainement, Anne chute lourdement. Le cheval de plusieurs centaines de kilos s'effondre sur sa cavalière. «De suite, j'ai été paralysée, se souvient la jeune femme qui est restée consciente en permanence. J'étais couchée sur le sol et mes jambes ne fonctionnaient plus.» La colonne vertébrale est fracturée, la moelle est endommagée. «J'ai été opérée deux fois au CHU du Sart-Tilman. Une première fois pour remettre la colonne en place et une deuxième fois parce que la moelle était comprimée par des fragments d'os. C'est pour ça que mes jambes ne fonctionnaient plus. »