La cathédrale de Liège également en travaux: «Un incendie, c’est notre hantise»

La cathédrale Saint-Paul de Liège vit un important chantier de restauration depuis plus de deux ans. Forcément, la possibilité d’une catastrophe a traversé de nombreux esprits, lundi soir.

Benjamin Hermann
La cathédrale de Liège également en travaux: «Un incendie, c’est notre hantise»
La cathédrale Saint-Paul, lors de la consécration épiscopale de Jean-Pierre Delville, le 14 juillet 2013. ©BELGA

Des échafaudages enveloppant une cathédrale: l’image fait partie du paysage liégeois depuis un peu plus de deux ans. Un important chantier de rénovation extérieure de la cathédrale Saint-Paul a en effet été entamé fin 2016, pour une durée d’environ cinq ans. La toiture, les charpentes, les façades: tout y passe.

L’origine de l’incendie de Notre-Dame de Paris n’est pas encore connue, mais la piste d’un accident lié aux travaux de rénovation en cours est plus qu’évoquée. De quoi donner quelques sueurs froides, à Liège. D’autant plus, rappelons-le, que la Cité ardente reste historiquement «traumatisée» par la démolition, dans le contexte de la Révolution liégeoise, de sa majestueuse cathédrale Notre-Dame-et-Saint-Lambert.

«Touchons du bois», glisse l'évêque de Liège, Jean-Pierre Delville, ce mardi. La cathédrale liégeoise n'a pas subi le même sort. Mais l'idée a dû traverser bien des esprits, lundi soir. «Le doyen de la cathédrale m'a écrit un mail à minuit, m'expliquant qu'il avait peur qu'il nous arrive la même chose.»

Le conservateur du Trésor de la cathédrale, Philippe George, lui a également écrit en cours de nuit, «pour me rappeler que notre Trésor est particulièrement sécurisé, avec des appareils à la pointe. Mais un incendie, cela reste notre hantise», témoigne l'évêque de Liège.

 L’évêque de Liège, Jean-Pierre Delville.
L’évêque de Liège, Jean-Pierre Delville. ©BELGA
 Sous les toits de la cathédrale Saint-Paul de Liège.
Sous les toits de la cathédrale Saint-Paul de Liège. ©ÉdA Philippe Labeye

Le sinistre parisien rappelle en tout cas les autorités à la plus grande vigilance. «Nous prenons un maximum de précautions. Mais cette actualité nous invite sans doute à faire un check-up de toutes les mesures mises en place, pour s'assurer que tout est en ordre.»

Pour Jean-Pierre Delville, il convient donc d'en tirer les enseignements. «Tout cela, c'est un peu la rançon de la technique. Elle est capable de réaliser des choses merveilleuses. mais ses défaillances peuvent produire de grands dangers», analyse-t-il avec recul.