Dans la tête d’un compositeur

Naît-on ou devient-on compositeur? Question à Michel Fourgon qui enseigne la composition. Et propose sa dernière œuvre au festival annuel de l’OPRL.

Marie-françoise Gihousse
Dans la tête d’un compositeur
«Je ne suis pas un Martien», affirme Michel Fourgon. Composer, c’est sans doute un don, mais aussi beaucoup de travail. ©©Fourgon

Certains sont, tel Obélix, tombés dedans quand ils étaient petits. C’est le cas de Michel Fourgon. Des parents professeurs de solfège au Conservatoire de Liège, amis d’Henri Pousseur alors directeur du même conservatoire, ça laisse nécessairement des traces. À un peu plus de cinquante ans, l’homme compte désormais dans le petit monde belge des compositeurs classiques. Sa dernière création inspirée du «Divan» de Goethe lancera, ce jeudi, le festival annuel de l’Orchestre philharmonique royal de Liège qui, sous le nom de «Storytelling», explore les liens entre musique et écrivains.