Bernard Wesphael demande des indemnités: l’affaire sera traitée fin octobre

Les avocats de Bernard Wesphael réclament des indemnités de procédure à l’ex-époux de Véronique Pirotton. L’audience qui se penchera sur le sujet a été reportée au 23 octobre.

Bernard Wesphael demande des indemnités: l’affaire sera traitée fin octobre

À la suite de l’action civile intentée contre Bernard Wesphael par l’ex-époux de Véronique Pirotton, Konstantinos Tzermias, à l’issue de laquelle ce dernier avait été débouté, les avocats de l’ancien député wallon réclament 5 000 euros d’indemnités de procédure à Konstantinos Tzermias. Une audience à ce sujet, prévue ce mardi, a été reportée au 23 octobre prochain à 09 h 00, indique Me Didier Pire, conseil de Bernard Wesphael.

L’ex-mari de Véronique Pirotton avait introduit une procédure devant le tribunal civil de Liège en son nom et celui de son fils pour obtenir des réponses quant aux «éléments troublants» soulevés par la cour d’assises. Il avait été débouté par le tribunal et condamné à payer un euro symbolique à Bernard Wesphael pour procédure «téméraire et vexatoire».

Les avocats de Bernard Wesphael réclament aujourd’hui des indemnités de procédure, comme le prévoit le droit belge. Le montant de cette indemnité sera débattu à l’audience du 23 octobre devant le tribunal civil de Liège.

Parallèlement, Bernard Wesphael, blanchi au pénal et au civil pour le meurtre de Véronique Pirotton, a décidé d’attaquer l’État belge en tant que responsable des juridictions d’instruction de Bruges qui ont enquêté sur la mort de son épouse, le 1er novembre 2013 à Ostende. Il estime que la juge d’instruction de Bruges a commis une faute en l’arrêtant sur base du flagrant délit ce soir-là. Une audience a eu lieu sur ce volet de l’affaire fin juin devant le tribunal civil de Bruxelles. La décision du tribunal est toujours attendue, précise son avocat, Me Uyttendaele.

Enfin, l’ex-député wallon demande également à l’État belge et plus précisément au ministre de la Justice Koen Geens, via une autre procédure, des indemnités pour «détention inopérante» concernant les 10 mois passés en préventive à la prison de Bruges.

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.