Un entrepreneur condamné pour harcèlement sur une échevine d’Awans

Un entrepreneur liégeois a écopé de 2500 euros, 100 heures de travail pour avoir insulté, menacé et calomnié une échevine de la commune d’Awans.

Un entrepreneur condamné pour harcèlement sur une échevine d’Awans

Alain B., un entrepreneur liégeois, a été condamné vendredi par le tribunal correctionnel de Liège à une peine de 100 heures de travail, ou un an de prison en cas d'inexécution, après avoir insulté, menacé et calomnié une échevine de la commune d'Awans.

La victime, Catherine Streel, avait intenté le procès contre lui par citation directe.

L’échevine de l’Aménagement du territoire de la commune d’Awans, Catherine Streel, avait introduit une citation directe contre Alain B., un entrepreneur liégeois domicilié à Neupré. Cet homme était impliqué dans plusieurs procédures judiciaires dans le cadre d’un conflit qui l’opposait à l’échevine et au bourgmestre de la commune.

Catherine Streel reprochait à son adversaire des faits de calomnie, de diffamation, de menaces, d’injures et de harcèlement.

L’entrepreneur avait notamment utilisé plusieurs moyens, dont un compte Facebook, pour diffuser des propos déplacés destinés à lui nuire. Les faits s’étaient déroulés de juin à novembre 2017.

Le tribunal correctionnel a acquitté Alain B. des faits de menaces mais l’a condamné pour des faits d’insultes, de harcèlement et de calomnies à une peine de 100 heures de travail. En cas d’inexécution, il devra purger une peine d’un an de prison ferme. La victime a obtenu une indemnité de 2.500 euros.

Selon Sudpresse, l’entrepreneur liégeois a décidé de faire appel du jugement.

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.