Place Cockerill: 19 intellectuels de l’ULg flinguent aussi le projet

Le projet de réaménagement de la place Cockerill suscite la polémique. Après les commerçants, des riverains et diverses associations, ce sont des intellectuels de l’ULg qui le dézinguent. On retombe, selon eux, dans les dérives urbanistiques des années soixante.

Benjamin Hermann
Place Cockerill: 19 intellectuels de l’ULg flinguent aussi le projet
77f32dba-150b-11e5-814a-fc771e69b848_web_scale_0.8251749_0.8251749__.jpg ©Droits réservés

En entamant la procédure d’enquête publique pour l’obtention du permis, le 15 juin, la Ville de Liège ne s’attendait sans doute pas à récolter une telle bronca à l’encontre du projet de réaménagement de la place Cockerill, entre la place du XX-Août et la Passerelle. Ce sont à présent des intellectuels de l’université, riveraine elle aussi, qui critiquent fermement le projet.

Élaborée par le consortium Galiliège, cette transformation de la place prévoit notamment la création d’un parking souterrain de cinq niveaux - ce projet date de plusieurs années -, d’un amphithéâtre de verdure offrant une vue sur la Meuse, d’un réaménagement de la place et de l’accès à la Passerelle Saucy, principalement. Sur papier, il s’agit de rayer la voiture du paysage et d’offre davantage de considération à la mobilité douce et à la convivialité.

Mais les protestataires sont nombreux et dénoncent une prépondérance bien trop importante accordée à la voiture, au détriment des piétons et cyclistes.

Voici quelques jours, la plateforme «Place Cockerill», fédérant commerçants du quartier, ASBL urbAgora (qui se penche sur les questions urbanistiques) et Gracq (association de cyclistes) clamaient leur désapprobation.

Accès au parking souterrain envahissants, configuration très peu pratique de l’accès à la Passerelle, absence de concours d’architecture: les griefs sont nombreux.

Soutiens de toutes parts

Le président de l’ASBL du Commerce liégeois, qui englobe tout le centre-ville, a annoncé qu’il soutenait les arguments des protestataires.

À présent, ce sont 19 membres du personnel de l’ULg, travaillant sur l’implantation du XX-Août, qui s’opposent vertement à ce réaménagement, à l’aide d’une lettre ouverte. Parmi les signataires, des noms tels que Danielle Bajomée, Vinciane Despret, Jacques Dubois, Pascal Durand, Carl Hvelange, Jean-Marie Klinkenberg et Dick Tomasovic.

Ces professeurs sont eux aussi usagers de la place et de l’ensemble du quartier. Ils annoncent souscrire aux inquiétudes déjà exprimées à l’encontre du projet. Parmi les reproches formulés, «l’insuffisance criante des aménagements prévus en faveur des piétons, des cyclistes et des personnes à mobilité réduite », mais aussi «la pauvreté de l’expertise environnementale ».

Ces 19 intellectuels craignent une forme de retour aux «dérives urbanistiques des années soixante », pour lesquelles bien des Liégeois se mordent encore les doigts. «Faudra-t-il, une fois encore, à Liège, attendre la ruine et la déroute des initiatives publiques pour composer, malgré tout, malgré nous, une intelligence et une véritable poétique du vivre ensemble? », s’interrogent les cosignataires, interpellant les autorités politiques avec virulence et apportant de facto un soutien de poids au projet soumis à enquête publique.

LIRE AUSSI | Parking souterrain, accès à la Passerelle : des mécontents place Cockerill

La lettre des 19 intellectuels dans son intégralité

Nous, soussignés, avons pris connaissance des inquiétudes des riverains et de nombreux citoyens relatives à l'implantation, place Cockerill, d'un parking souterrain destiné, dit-on, à faciliter l'accès et le stationnement des voitures au centre-ville. Nous sommes très sensibles et souscrivons aux arguments qui motivent de telles inquiétudes. Ils sont de plusieurs ordres: le caractère factice et contre-productif d'une proposition qui renforcera, plutôt qu'elle ne résoudra, les problèmes liés à la circulation automobile au cœur de la Cité; l'insuffisance criante des aménagements prévus en faveur des piétons, des cyclistes et des personnes à mobilité réduite; l'absence d'une réflexion urbanistique convaincante à propos de l'articulation entre rive gauche et rive droite de la Meuse; la pauvreté de l'expertise environnementale; la soumission de l'autorité communale aux impératifs d'investissement et de rentabilité du secteur privé; l'absence de concertation et, pour un projet d'une telle incidence collective, le choix de ne pas ouvrir un concours d'architecture. Sous couvert de modernité – vêture des mots, sophisme des idées -, nous voici donc revenus aux dérives urbanistiques des années soixante... Faudra-t-il, une fois encore, à Liège, attendre la ruine et la déroute des initiatives publiques pour composer, malgré tout, malgré nous, une intelligence et une véritable poétique du vivre ensemble? Nous sommes, nous aussi, riverains et usagers de la place Cockerill, dans nos bureaux de l'université, avec nos étudiants, nos idées, nos recherches, nos projets, soucieux de conférer du sens à ce que nous vivons, à ce que nous partageons, à ce que nous voudrions rendre possible, citoyens, nous aussi, marchant dans la ville, parmi les rues, traversant la place Cockerill, l'occupant, la partageant, allant choisir des livres, allant prendre un café, nous exaltant, parfois, autour d'une bière ou d'un verre de Chardonnay, rencontrant ceux du Théâtre, ceux de l'Émulation où d'ailleurs, devisant, malgré tout, malgré nous… Nous, les «intellectuels» du centre-ville, nous opposons très fermement à ce projet et voudrions faire valoir la chance, pour une ville comme la nôtre, que ses représentants entendent l'appel qui, aujourd'hui, leur est adressé: inventer un espace commun où chacun d'entre nous, étudiant, badaud, professeur, libraire, cafetier, écrivain, commerçant, comédien, clochard, visiteur, passant, restaurateur, puisse doucement s'affronter à l'évidence d'être là, ni plus, ni moins.

Danielle BAJOMEE, Jean-Pierre BERTRAND, Laurence BOUQUIAUX, Luciano CURRERI, Michel DELVILLE, Laurent DEMOULIN, Vinciane DESPRET, Maria-Giulia DONDERO, Jacques DUBOIS, Pascal DURAND, Maud HAGELSTEIN, Carl HAVELANGE, Jeremy HAMERS, Nadine HENRARD, Jean-Marie KLINKENBERG, Thomas MORARD, François PROVENZANO, Lucienne STRIVAY et Dick TOMASOVIC.

www.placecockerill.be