Voici celui qui construira le tram de Liège dès 2015

Le nom du constructeur du futur tram de Liège a été annoncé ce mercredi. Il s’agit du consortium «Mobiliège», chapeauté par les sociétés Alstom et BAM. La mise en service est toujours prévue pour 2018.

Voici celui qui construira le tram de Liège dès 2015
Place du marché.jpg
B.H.

C’était l’une des étapes importantes dans la longue procédure qui conduira à la mise en service du tram liégeois, désormais prévue pour l’automne 2018. La désignation du consortium qui se chargera de la construction de la grosse infrastructure a eu lieu et c’est le nom de Mobiliège qui a été annoncé ce mercredi matin au conseil d’administration de la SRWT (Société régionale wallonne du transport).

À vrai dire, la SRWT parle d’un «choix pour la poursuite des négociations», qui n’écarte pas totalement l’autre candidat lice, à savoir le consortium LegiaExpress, «qui pourrait être rappelé autour de la table si la négociation finale avec Mobiliège n’aboutissait pas». La signature finale aura lieu au printemps 2015, mais nul doute que cette première option devrait être déterminante.

Pour rappel, quatre consortiums étaient initialement candidats à la construction du tram. Celui formé autour des groupes Siemens et Besiw, «MobiLîdje», s’était retiré au début de l’été 2013. «Tramardent», constitué autour de l’Espagnole CAF et de Colas, avait été écarté de la course au printemps 2014.

Restait donc «LegiaExpress», formé par le Canadien Bombardier et le groupe Vinci, de même que «Mobiliège», avec la société d’origine française Alstom et le groupe BAM. Ce choix de la SRWT est conséquent, puisqu’il s’agit d’un engagement pour une trentaine d’années: 3,5 ans de travaux (pour un investissement de 385 millions) et 27 ans d’exploitation inclus dans le contrat. Le consortium «Mobiliège» sera en effet chargé de la conception, de la réalisation, du financement et de l’entretien du tram, alors que la SRWT lui versera des redevances annuelles.

Signature définitive au printemps 2015

Après la signature du contrat avec le consortium au printemps 2015, une étude préparatoire s’ensuivra puis les travaux de construction à proprement parler pourront débuter et dureront trois années environ, pour un tracé reliant Coronmeuse à Sclessin, en passant par les quais, la place Saint-Lambert, les boulevards et l’esplanade des Guillemins, sans oublier la boucle vers Bressoux, où se trouvera un dépôt (voir carte ci-dessous).

La première phase de travaux est déjà en cours, à vrai dire. Il s’agit de déplacement d’impétrants (canalisations, gaz, électricité, etc.) essentiellement à Sclessin, sur le quai Saint-Léonard et à Droixhe.

www.keskistram.be

Sur le même sujet