Tetyana a vécu la guerre à Kharkiv: "Vers quatre heures du matin, je me suis réveillée en sursaut…"

Sur place au moment des premiers bombardements, Tetyana Volovyk a fui son pays pour trouver refuge en Belgique, auprès de sa fille, en région liégeoise.

Florian Caspers
Tetyana a vécu la guerre à Kharkiv: "Vers quatre heures du matin, je me suis réveillée en sursaut…"
Tetyana Volovyk est désormais en sécurité, en Belgique, aux côtés de sa fille Darya. ©Yves Bircic

Près de 2 200 kilomètres, à vol d'oiseau, séparent Kharkiv de Horion-Hozémont, un petit village niché en province de Liège. Ce trajet, en plusieurs étapes, Tetyana Volovyk a dû l'effectuer, afin de fuir la deuxième plus grande ville ukrainienne, juste avant que la situation ne devienne trop critique. Elle qui vit en Espagne depuis une quinzaine d'années se trouvait dans son pays natal au moment où les bombardements russes ont commencé. "Je suis arrivée en Ukraine le 17 février, détaille-t-elle. Même si je ne vis plus dans le pays, j'y retourne régulièrement afin de dire bonjour à mes amis ou aux membres de ma famille qui se trouvent encore à Kharkiv. J'ai passé la nuit du 23 au 24 chez une amie que je connais depuis cinquante ans. Et vers quatre heures du matin, j'ai entendu un énorme bruit, je me suis réveillée en sursaut. Les fenêtres ont tremblé de manière incroyable. J'ai compris que la guerre arrivait."

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.