Incendie à Chokier: «L’alimentation en eau a posé problème»

L’intervention des pompiers à Chokier s’est avérée compliquée, en raison du caractère du bâtiment, mais aussi à cause de la difficulté à acheminer de l’eau sur place. Au niveau du bilan humain, l’état d’une des deux châtelaines demeure inquiétant.

B.H.
Belga

EN IMAGES | Les images spectaculaires de l’incendie du château de Chokier
ARCHIVES | Voici l’intérieur du château avant l’incendie
LES FAITS | Deux personnes hospitalisées et des perturbations sur le rail

La tâche des pompiers intervenus au château de Chokier s’est avérée particulièrement compliquée, en raison de la difficulté d’approvisionnement en eau. Rappelons en effet que le bâtiment se trouve sur un à-pic, en surplomb de la Meuse, au bout d’une petite voirie peu carrossable.

Une cinquantaine de pompiers sont donc intervenus au total, avec l’appui de la protection civile, pour l’incendie qui s’est déclaré vers 4 heures du matin dans ce bâtiment, véritable joyau situé sur la commune de Flémalle en région liégeoise. L’aile gauche du château est détruite, de même qu’une bonne partie de la toiture de la partie centrale.

Sur le plan humain, les deux occupantes du château ont été hospitalisées. Elles ont été intoxiquées par les fumées et transportées à l’hôpital. L’une d’elles a également été brûlée aux jambes. Il s’agit a priori des châtelaines mais cela reste sous réserve tant que la police n’a pas procédé à la vérification de leurs identités. Celles-ci se trouvent toujours à l’hôpital. Selon la police de Flémalle, l’une d’elles est a priori tirée d’affaire tandis que les jours de la seconde victime, qui a également été brûlée aux jambes, sont toujours considérés en danger.

La stabilité du bâtiment ne serait pas menacée

La commune de Flémalle a mandaté un expert en bâtiment. Selon les premiers éléments, la stabilité du bâtiment ne serait pas menacée, a indiqué lundi en fin de matinée le parquet de Liège.

Rappelons que l’incendie s’est déclaré au sein du château de Chokier, dans une chambre à coucher. L’incendie est d’origine accidentelle et serait dû à une couverture chauffante.

Lundi en fin de matinée, les pompiers et la citerne de la Protection civile intervenaient toujours sur place. L’incendie est maîtrisé mais les pompiers procèdent à l’extinction de différents petits foyers qui reprennent dans les boiseries. Ils assureront probablement une présence sur place toute la journée afin d’éviter toute reprise.

Les deux chiens qui se trouvaient également sur place au moment de l’incendie ont été pris en charge par la SRPA.

Les plus consultés depuis 24h