75 caravanes installées illégalement à Rosière (Esneux): elles devront être parties dans les 48h

La bourgmestre d’Esneux a pris mardi un arrêté de police demandant le départ des gens du voyage installés illégalement sur un terrain de Rosière dans un délai de 48h.

Th. L.
75 caravanes installées illégalement à Rosière (Esneux): elles devront être parties dans les 48h
Les caravanes devront quitter les lieux ce mardi. ©BELGA/AFP

Ce dimanche, 75 caravanes se sont installées sans autorisation ou demande préalables dans des terrains appartenant au CPAS de Liège et mis en location à un fermier de l’entité, à Rosière, le long de l’Ourthe, à l’orée du site classé de la boucle de l’Ourthe, a indiqué lundi la bourgmestre d’Esneux, Laura Iker.

«A ma demande, une réunion s’est tenue entre la commune, la police et le locataire des terrains», explique-t-elle. «Après avoir entendu les services du Centre de médiation des gens du voyages et des roms en Wallonie, j’ai décidé de prendre un Arrêté demandant le départ de ces personnes dans un délai de 48h à partir d’aujourd’hui 10 août 17h. Passé ce délai, la police est chargée de mettre tout en œuvre pour faire respecter cette décision.»

Et la bourgmestre d’ajouter: «Vu la période de semi-confinement que nous connaissons, où les rassemblements sont strictement limités et réglementés, le fait qu’une bactérie naturellement présente dans l’eau douce mais extrêmement dangereuse pour l’être humain prolifère par la canicule que nous subissons (des analyses complémentaires ont été demandées ce jour à la Région), qu’aucune structure assurant un minimum la sécurité et la salubrité publique ne sont présentes sur le lieu d’installation, de surcroit à l’entrée d’un site classé par la Région ou encore que toutes les fêtes liées au 15 aout ont été supprimées font que ces personnes ne peuvent rester sans entrainer un danger imminent pour les habitants de la commune d’Esneux et pour elles-mêmes.»

Vu le nombre de caravanes présentes et «le fait que les personnes qui se sont installées ne semblent pas estimer utile de se plier aux règles édictées par fédéral pour limiter la propagation du coronavirus», la police de la zone Secova devra sans doute faire appel à l’aide de la police fédérale.

«J’ose espérer que celle-ci estimera cette demande justifiée et qu’elle mettra les moyens utiles pour faire respecter les règles édictées par le fédéral et que chacun s’efforce de mettre en œuvre.»

Les plus consultés depuis 24h