À Aywaille, des infidélités qui transforment un quartier en enfer

Un homme a multiplié les conquêtes dans le voisinage et provoqué la zizanie

Sarah Rasujew
À Aywaille, des infidélités qui transforment un quartier en enfer

C’est un dossier pour le moins particulier qui est actuellement traité devant le tribunal correctionnel de Liège. En effet, cinq personnes, des voisins qui habitent l’entité d’Aywaille doivent répondre de scènes de harcèlement, d’insultes et de coups. Si les faits sont assez graves, les circonstances sont pour le moins cocasses. Ainsi, Patrick (prénom d'emprunt), un habitant de l’entité a, pour mauvaise habitude de multiplier les conquêtes dans le voisinage.

Un comportement qui ne poserait aucun problème s' il n’était pas lui-même en couple avec une femme qui ignorait tout de ses infidélités… Lorsque son épouse, de dix ans son aînée, a appris son infortune, cette dernière et, on peut la comprendre, n’a pas du tout apprécié. D’autant qu’elle a appris que son infidèle d’époux s’était épanché dans les bras de voisine dont une qu’elle pensait être son amie. Il faut dire que le mari volage a poussé le vice jusqu’à organiser des rencontres entre sa maitresse et son épouse alors que cette dernière ignorait évidemment tout de l’infidélité de celui-ci. Patrick a également entretenu des relations sexuelles avec une autre voisine, de vingt ans son aînée. Il a aussi eu des relations sexuelles avec cette dernière en présence du mari de celle-ci. Des petites escapades qui ont fini par se savoir et semer une zizanie incroyable dans le quartier.

Mais la femme trompée, au lieu de se distancier de son mari infidèle, a préféré mener une fronde contre les personnes avec qui il l’avait trahie. L’infidèle, au lieu de tenter de calmer les choses, a également commencé à s’en prendre aux personnes avec qui il avait eu des relations adultères. "Ma femme a été manipulée par ces trois personnes”, a indiqué le mari infidèle à propos des trois autres prévenus. La juge a tenu à remettre l’église au milieu du village. “Si vous n’aviez pas entretenu des relations sexuelles avec le trio, rien de tout cela ne se serait passé” a précisé la présidente. L’homme doit répondre d’avoir porté des coups au mari de la voisine avec laquelle il avait des relations sexuelles. “Mon fils a voulu avoir une explication”, a poursuivi le mari volage. “Nous nous sommes rendus avec ma femme et mon fils chez le couple. Comme à son habitude, le mari était agressif”, a poursuivi le prévenu.

“Enfin, il n’était pas si agressif que cela pendant vos petites soirées”, n’a pas pu s’empêcher de réagir la juge. “Il a dit à notre fils qu’il n’avait rien à faire là et sa femme a refusé de lui parler. Comme on ne partait pas, il a arrosé notre fils et nous a arrosé. Il a agressé verbalement mon fils et je lui ai porté un coup de poing. Tout père de famille aurait fait cela pour défendre son fils. Quand on a soixante ans, on ne frappe pas un gamin de 15 ans.” Le tribunal a ensuite entendu une des maitresses du mari volage. “Je suis célibataire et libertine”, a indiqué la dame. “Il m’a ajoutée sur Facebook et on a sympathisé. On a échangé nos numéros puis on s’est parlé. J’ai fini par lui demander s'il n’était pas en train de me séduire et il l’a confirmé.” Les voisins ont fini par se rapprocher de plus en plus. “C’est devenu un sex friend. C’est vrai que je n’aurais pas dû accepter ses propositions, mais c’est lui qui est marié.” C’est alors que la maitresse va participer à des petits repas organisés avec son amant et la femme trompée… “Elle vous prenait pour son amie”, lui a dit la juge. “C’était une connaissance plus qu’une amie. C’est son mari qui organisait des rencontres. Je ne voulais pas spécialement continuer avec lui. Il avait parfois des pannes sexuelles, mais bon, avec le nombre de maitresses qui l’avait dans le quartier, ça se comprend… En même temps quand on ne sait pas nager, on reste au bord de la piscine!”

Une phrase qui a fait bondir l’épouse qui a passé toute l’audience a enduré dans le menu détail les séances sexuelles de son mari avec d’autres personnes. “C’est vrai que lorsqu’elle m’a demandé si je la trompais avec son mari, je lui ai menti, mais ce qui avait été convenu avec lui. Elle n’était pas censée l’apprendre. Cela risquait de faire du mal pour rien. Je me suis rendue sur son lieu de travail à lui pour comprendre pourquoi il avait tout raconté. J’ai également envoyé tous nos échanges à son épouse. Je voulais qu’elle comprenne que je n’étais pas l’instigatrice et que si ça n’avait pas été moi, c’était avec une autre. D’ailleurs, je sais qu’il a eu des relations avec d’autres voisines dont je préfère taire le nom. ” L’épouse trompée aurait porté des coups à la maitresse et endommagé du mobilier chez elle.

Une autre audience est prévue pour entendre le couple qui a entretenu des relations sexuelles avec ce voisin. Ce couple tient une maison d’hôtes. Le mari infidèle a posté sur les réseaux sociaux des messages dénigrants sous-entendant que la maison d’hôtes n’était pas propre… Les faits qui duraient depuis environ cinq années se seraient calmés depuis quelques mois… Espérons que ce passage devant le juge ne pas va raviver des rancoeurs.