Été (trop) chaud à Liège : plusieurs arbres doivent être abattus !

Le phénomène de "stress hydrique" a des conséquences…

Marc Bechet
LIEGE. LE PARC DE LA BOVERIE EST SOUS LA SURVEILLANCE DE LA POLICE QUI VEILLENT AU RESPECT DES MESURES ANTI COVID 19, CORONAVIRUS, ET A LA BONNE FREQUENTATION DU PARC QUI A SOUFFERT D UNE TROP GRANDE FREQUENTATION LES JOURS PRECEDENTS.  Photo Michel Tonneau
LIEGE. LE PARC DE LA BOVERIE EST SOUS LA SURVEILLANCE DE LA POLICE QUI VEILLENT AU RESPECT DES MESURES ANTI COVID 19, CORONAVIRUS, ET A LA BONNE FREQUENTATION DU PARC QUI A SOUFFERT D UNE TROP GRANDE FREQUENTATION LES JOURS PRECEDENTS. Photo Michel Tonneau ©MICHEL TONNEAU

Rappelons-nous, à la fin de l’été, dans le parc de la Boverie, un accident survenait alors que le parc était le théâtre de l’événement Retrouvailles : une imposante branche tombait sur deux personnes et sur un stand. Fort heureusement, les victimes ont été rapidement prises en charge. Liège découvrait toutefois le phénomène de "stress hydrique", soit cette réaction d’arbres soumis à des températures trop élevées, durant une longue période et qui, par conséquent, finissent par craquer.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.