Le serotina, importé des États-Unis à la demande du baron

" Un mal nécessaire. " Pour Chantal Della Faille, l’abattage de ces peupliers très âgés était donc inévitable. Mais sa volonté, c’est de les préserver. Eux, mais aussi de rappeler l’héritage qu’a laissé son arrière-arrière-grand-père, le baron de Selys. " Ces arbres ont souffert et ont bien été malmenés par les tempêtes, indique-t-elle. Mais le parc étant classé, il est important de réintégrer l’espèce d’origine sur le site pour préserver ce patrimoine naturel. "

La Rédaction de L'Avenir
 C’est le baron de Selys qui a fait importer le serotina, des USA.
C’est le baron de Selys qui a fait importer le serotina, des USA. ©DOc

Pour Philippe Destinez, ce qui fait l’originalité de cette variété… ce sont les relations du baron. "Il avait de relations scientifiques vraiment uniques à l’époque, souligne-t-il. En discutant, il s’est rendu compte de la qualité de cet arbre. Il vu que les feuilles étaient différentes et qu’elles tombaient moins vite . Il en a fait la demande et on les lui a envoyés des États-Unis."

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...