Liege Airport: le collège communal de Waremme a remis un avis à Grâce-Hollogne

Le collège communal de Waremme a remis un avis à la Commune de Grâce-Hollogne et au bureau d’étude en charge d’une étude d’incidences sur l’environnement, concernant le renouvellement du permis d’exploitation de Liege Airport.

Jimmy BELTRAME
 Waremme ne s’oppose pas au développement de l’aéroport mais estime que cela doit se faire dans le respect du bien-être et de la santé des riverains.
Waremme ne s’oppose pas au développement de l’aéroport mais estime que cela doit se faire dans le respect du bien-être et de la santé des riverains. ©EdA Jacques Duchateau  - Archives

Liege Airport n’a pas fini de faire parler de lui. Dans le cadre de la récente enquête publique organisée par la Commune de Grâce-Hollogne, celle-ci portant sur le renouvellement du permis d’exploitation de l’aéroport liégeois, et à la suite d’une étude d’incidences sur l’environnement, le collège communal de Waremme a tenu à rendre un avis au collège communal de Grâce-Hollogne et au bureau qui a réalisé l’étude. Plusieurs points sont ainsi soulevés par le collège waremmien. Ce dernier précise néanmoins ne pas s’opposer au développement de l’aéroport, "à condition qu’il se fasse dans le respect de la tranquillité et de la santé des riverains" .

+ ÀLIRE | Liege Airport: "On est en train de détruire l’avenir de nos enfants"

1 Les nuisances sonores impactent la santé des Waremmiens . La Ville de Waremme déplore que malgré les études d’incidences et les enquêtes publiques, Liege Airport "a pu continuer à se développer avec finalement peu de remises en question des incidences liées à son activité et sans que cette dernière ne soit compromise".

Tout ceci menant à des nuisances sonores de jour comme de nuit, toujours selon la Ville, impactant ainsi même des communes situées en dehors du PEB (Plan d’exposition au bruit) et du PDLT (Plan de développement à long terme). Vibrations, bruits, perturbation du sommeil, "le manque de restrictions et de conditions à son exploitation nuit à la santé des Waremmiens" .

L’aéroport liégeois prévoyant une évolution continue et croissante des mouvements de ses avions, le collège communal se dit également inquiet "quant à la flexibilité et la possibilité réelles des décisionnaires de réorganiser effectivement les plans de vol, notamment des gros porteurs, de manière acceptable pour la santé et le bien-être des citoyens" .

Le collège souhaite ainsi que la Ville de Waremme puisse disposer de sonomètres à placer chez les riverains impactés par les nuisances, et ce, même si la commune ne se situe pas dans le périmètre du PDLT. "Afin que le développement des activités de l’aéroport puisse être mesuré et objectivé de façon constante. Il faut aussi prendre en compte qu’en termes de perception du bruit, celle-ci est plus importante en campagne qu’en ville."

2 Air, sols et cours d’eau pollués? Le collège informe également que la Ville s’inquiète de l’impact des activités en cours et futures de l’aéroport sur les sols, sous-sols, nappes phréatiques, mares et cours d’eau, y compris sur son territoire. "Nous souhaitons connaître les résultats sur tous les rejets et retombées de polluants liés à l’activité de Liege Airport. Mais aussi les mesures qui sont mises et qui sont à mettre en place pour limiter ces impacts."

3 La mobilité elle aussi impactée. La Ville de Waremme n’est pas directement impactée en termes de mobilité, mais celle-ci se dit inquiète de constater qu’aucune solution concrète et réalisable n’est arrêtée pour gérer l’augmentation future des flux routiers (camions et camionnettes) depuis et vers l’aéroport de Liège. "Nous souhaitons qu’une étude sur la mobilité routière soit réalisée et que des solutions soient mises en place préalablement au développement de l’aéroport" , ajoute le collège, qui regrette que le projet d’une desserte autoroutière entre Crisnée et Grâce-Hollogne ait disparu des derniers plans d’infrastructure de la Région wallonne.

Le collège waremmien appelle par ailleurs les Communes qui ne se situent pas dans les PDLT et PEB et qui rencontrent des nuisances à intégrer le comité d’accompagnement.