Alexis Fadda, la belle révélation de l’année

L’athlète du WACO, double champion francophone chez les cadets, a mis 2020 à profit pour franchir un nouveau palier.

David Dessouroux
Alexis Fadda, la belle révélation de l’année
Alexis Fadda, en médaillon avec Thomas Vandormael, a fait du 1500 m sa discipline de prédilection. ©Doc

«Ils feront demain», suite et pas fin. Cette fois, nous sommes partis à la rencontre du Waremmien Alexis Fadda, aussi à l’aise sur 1500 m que sur des joggings repris dans les Challenges régionaux. Âgé de 15 ans, l’athlète du WACO s’épanouit sur le demi-fond. Entretien.

Alexis Fadda, comment vous est venue cette passion pour l’athlétisme?

J’avais six ans. Je suis allé à une journée d’accueil avec ma maman organisée par la Commune de Waremme. J’ai eu l’occasion de courir et ça m’a bien plu. Je suis alors retourné à un entraînement avec Thomas Vandormael, j’ai bien aimé, et puis j’ai continué. Contrairement au football ou au karaté, deux sports que je faisais à la base mais pour lesquels je n’accrochais pas.

En parallèle à l’athlétisme, vous vous êtes lancés sur les joggings très jeune. Une volonté de vous diversifier?

Voilà cinq ans maintenant que je fais des joggings. À douze ans, je remportais le Challenge jogging de la province de Liège (CJPL) et le Challenge condrusien dans la catégorie 12-15 ans. L’année suivante, c’est le Challenge hesbignon que je gagnais. J’ai toujours bien aimé alterner la piste et la route, où je pouvais voir des gens de tout âge. Il y a qui plus est une superbe ambiance sur les Challenges.

Sur piste, quand avez-vous décidé de vous tourner vers le demi-fond?

J’étais en minimes 2. À cette époque, j’ai eu des problèmes de croissance, mon genou me faisait souffrir. Après avoir consulté un médecin du sport, j’ai dû porter des semelles orthopédiques pour pouvoir courir de plus longues distances. Comme je ne pouvais plus faire tous les mouvements requis pour certaines disciplines, comme le saut en longueur ou en hauteur, j’ai rejoint le groupe demi-fond.

Bien vous en a pris puisque le 30 août 2019, à Saint-Mard, vous décrochiez votre première médaille d’argent sur 1500 m à des championnats francophones.

Cette année-là, j’avais gagné le championnat provincial sur 1500 m, mais j’arrivais sur cette compétition sans trop savoir à quoi m’attendre. On ne me connaissait pas vraiment car je n’avais pas signé des résultats chez les plus jeunes. C’était une course très tactique, que je perds finalement au sprint.

Votre année 2020 a commencé sous les meilleurs auspices puisque vous êtes devenu, le 18 janvier à Louvain-la-Neuve, champion francophone du 1500 m. Un rêve éveillé pour vous?

J’étais super content, c’était un exploit pour moi. Voir quatre athlètes du WACO terminer aux quatre premières places était d’autant plus beau!

Quels étaient vos objectifs pour cette saison?

Je visais un podium aux championnats provinciaux. Mais ceux-ci n’ont pas eu lieu, comme les championnats de Belgique, où je m’étais qualifié sur 800 et 1500 m.

Estimez-vous aujourd’hui que le coronavirus vous a freiné dans votre élan?

Non, que du contraire, je dirais que le coronavirus a accéléré ma progression. Avec mon meilleur ami, Nathan Geada Da Silva, champion francophone sur 1500 m steeple, on s’est entraîné cinq à six fois par semaine durant le 1er confinement. Or, en temps normal, avec mes compétitions sur piste, les cross et les joggings, je n’ai pas le temps de m’entraîner à fond. Ici, j’ai bien progressé.

Cela s’est vu puisque vous avez battu votre record personnel sur 1500 m pour décrocher l’or aux derniers championnats LBFA outdoor. Racontez-nous cette journée de septembre?

Comparé à l’année précédente où j’étais dans les moins bons chronos, j’ai abordé ces championnats avec le 3e meilleur chrono. J’étais vraiment dans ma bulle pour disputer une course tactique. Je suis resté derrière dans un 1er temps, pour ensuite contrer les attaques de mes adversaires et m’imposer au sprint sur ce chrono de 4’26’’91. J’ai bien terminé cette saison d’hiver puisqu’on a également fini 4e, mais 1re équipe francophone, des derniers championnats de Belgique de relais 4X800m avec Nathan Geada Da Silva, Victor Huberland et Antonin Froidmont.

En 2021, vous passerez en scolaires. Quelles sont vos attentes pour cette nouvelle saison?

Sur piste, je voudrais améliorer mes records. J’aimerais bien passer sous les 4’20 sur 1500 m. Même si je vais me concentrer avant tout sur la piste, je compte également faire quelques joggings avec l’envie de signer les meilleurs résultats possibles.