Elle vole pour 8 000 € en faisant des ménages à Moha

Une dame, escroc, bien connue de la justice hutoise a volé pour 8 000 € d’objets chez un Wanzois alors qu’elle était censé y faire le ménage.

L.C.
 La prévenue est bien connue par la justice. Elle a été condamnée en 2015 et 2018 par défaut pour des faits d’escroquerie.
La prévenue est bien connue par la justice. Elle a été condamnée en 2015 et 2018 par défaut pour des faits d’escroquerie. ©EDA – 6040477240

Un Wanzois, victime d’une escroquerie, s’est constitué partie civile ce jeudi matin devant le tribunal correctionnel de Huy pour la somme d’un euro à titre provisionnel. Ce Mohatois dit avoir été victime de vols commis par la personne engagée pour effectuer le ménage dans son habitation pour le compte d’une société de titres-services. La valeur totale des objets dérobés par l’aide-ménagère est importante puisqu’elle se monte à près de 8000 €, a-t-il précisé. À ce jour, il n’a réussi à récupérer que trois bijoux, le reste ayant été revendu par un Cash Converters dans lequel l’escroc a écoulé les objets volés. L’homme n’était pas encore assuré pour le contenu de sa maison.

La personne à l’origine de ces vols est bien connue par la justice hutoise. Elle a été condamnée en 2015 et 2018 par défaut (elle ne s’était pas présentée) par le tribunal correctionnel de Huy pour des faits d’escroquerie. Cette fois, c’est pour deux faits de vol à Moha qu’elle a été citée. Les premiers faits se sont déroulés durant la première quinzaine de février, période durant laquelle elle a volé divers objets chez le plaignant: lecteur dvd, caméra, pied télescopique, scie sauteuse,… ainsi que quelques bijoux.

"Après la plainte de Monsieur, les services de police ont essayé de l’entendre mais on doit toujours la chercher , a expliqué le ministère public. Puis une deuxième plainte survient dans une période infractionnelle qui suit juste tout pile la première, cette fois chez un monsieur chez qui elle doit encore travailler et qui lui propose de l’héberger gentiment quelques jours avec ses deux enfants parce qu’elle prétendait que son compagnon la battait. Et pendant qu’il était en vacances, elle en a profité pour le dépouiller d’un certain nombre d’objets." La dame fait partie des habitués du Cash Converters dans laquelle elle a revendu les objets dérobés. Il se trouve qu’elle s’y fait passer pour une personne qui aide les familles à vider les greniers.

Entendue sur ces faits, elle est en aveux et a a expliqué avoir besoin d’argent. La Procureure du Roi a réclamé à son encontre une peine d’un an d’emprisonnement et à une amende.

Jugement rendu le 15 septembre.