Le sentier communal devra être à nouveau accessible

Un chemin public, reliant Moha à Huccorgne, a été privatisé. Le propriétaire devra le rendre aux promeneurs sous peine d’amende.

C.Du
 Le chemin communal a été privatisé.
Le chemin communal a été privatisé. ©Heymans 

La Commune de Wanze défend l’existence des chemins et sentiers publics. Ces chemins qui, autrefois, faisaient le lien entre les villages et qui sont, aujourd’hui, des lieux de promenade pour les adeptes de nature. Sauf que là, le collège a été alerté par des promeneurs. Un chemin de Huccorgne avait apparemment été rendu inaccessible par un propriétaire. Ce vendredi d’après-midi, le bourgmestre Christophe Lacroix s’est rendu sur place avec des membres de l’administration, des policiers ainsi que le commissaire voyer de la Province de Liège, gardien notamment de la voirie vicinale. À lui de déterminer s’il y a eu usurpation d’un chemin communal. Ce chemin est situé dans le bois de Moha et permet de faire la jonction entre Moha, Huccorgne et Longpré. "I l est repris dans l’atlas des chemins et sentiers vicinaux de 1841 , explique le bourgmestre. Depuis le XIXe siècle, la situation a certes changé mais ces chemins sont toujours dans l’atlas." Et si leur assiette est privée, ils doivent toujours pouvoir être utilisés. Il y a obligation de laisser le public les emprunter.

"Depuis deux ou trois jours, on nous avait informés qu’une signalisation avait été placée de type propriété privée, chasse toute l’année à balle réelle. Et sur les photos qu’on nous avait envoyées, on voyait que des arbres coupés en barraient l’accès." Et effectivement, c’est ce que le bourgmestre et ceux qui l’accompagnaient ont pu constater. "C’est clairement un chemin public qui fait plus de 4 mètres de large à l’Atlas." Et le commissaire voyer a bien constaté que des arbres coupés avaient été tirés jusque-là pour en empêcher l’accès. Il va désormais déterminer qui sont les propriétaires. "Ils recevront un courrier leur demandant de tout remettre en état. Le commissaire voyer peut dresser un procès-verbal avec amende à la clé." Et si rien n’est fait, la Commune peut prendre des dispositions via les ouvriers communaux ou une entreprise privée.