La costumière wanzoise Pascaline Chavanne aux César: «Elle n’a jamais baissé les bras», confie sa maman

La costumière Pascaline Chavanne, Wanzoise d’origine, était nominée hier soir aux César pour «Été 85» d’Ozon. Sans décrocher la statuette. Sa maman, Jeanine Dawance, qui habite toujours à Wanze, ne cache pas la fierté du parcours de sa fille qui au départ, se prédestinait scénariste. «Elle est courageuse. Elle n’a jamais baissé les bras.»

Sabine Lourtie
La costumière wanzoise Pascaline Chavanne aux César: «Elle n’a jamais baissé les bras», confie sa maman
Pascaline Chavanne était en lice pour le film «Été 85», de François Ozon, avec qui elle a collaboré neuf fois.

Hier soir, lors des César 2021 du cinéma français, la costumière Pascaline Chavanne était toute proche de décrocher son troisième César. Elle était en effet nominée dans la catégorie «Meilleurs costumes» pour le film Été 85 de François Ozon, avec qui elle collabore très régulièrement. Mais la statuette en bronze n'a finalement pas été mise entre ses mains. Qu'importe finalement. La reconnaissance est déjà là. Originaire de Wanze mais vivant depuis de très nombreuses années à Paris, la cheffe costumière est coutumière de la cérémonie. Elle a déjà été nominée… neuf fois et a remporté deux César, pour «Renoir» le film de Gilles Bourdos, en 2014 et pour «J'accuse» en 2020, de Roman Polanski. Pour cette 46e cérémonie, présidée par Roschdy Zem et animée par Marina Foïs, Pascaline Chavanne était en lice avec quatre autres «collègues» plébiscités pour les films Adieu les cons, La Bonne épouse, Les Choses qu'on dit, les choses qu'on fait et De Gaulle. Bien que la cérémonie s'est déroulée à L'Olympia, sous stricte surveillance sanitaire, elle a assisté à l'événement, faisant partie du public restreint, à savoir les 200 nominés.