Michel Grégoire, ce notaire volontaire

Michel Grégoire est décédé vendredi soir. Le notaire mohatois avait récemment laissé son mandat de conseiller communal à Wanze pour cause de maladie.

F.R.
Michel Grégoire, ce notaire volontaire
11744590 ©© doc

Élu au sein du groupe Ensem ble lors des élections communales de 2006 après avoir été longuement actif dans les coulisses du PSC wanzois (ensuite devenu cdH), Michel Grégoire avait récemment cédé le relais à Chantal Sivitsky, dans l'impossibilité qu'il était encore de siéger pour cause de maladie. Le notaire mohatois âgé de 73 ans, a perdu ce pénible combat, vendredi soir, dans sa demeure de la rue de l'Église où les visites sont organisées dès aujourd'hui entre 16 h et 19 h.

La messe funéraire aura lieu, elle, mercredi à 11 h dans une église Notre-Dame du Rosaire que Michel Grégoire a bien connue pour avoir notamment été un des membres actifs du comité paroissial. « Il a activement participé aux brocantes et manifestations organisées pour la rénovation de la Vielle Grange », évoque le Mohatois Nicolas Miessen qui l'a également beaucoup côtoyé dans le développement de projets artistiques à la galerie de la Mostée à Huy.

Sa conviction de faire avancer

les choses Après ses études en droit et en économie, Michel Grégoire était parti au Maroc comme coopérant à la fin des années 60, avant d'en revenir pour reprendre l'étude de notaire de son père. C'est aussi à cette époque qu'il commencera à donner des cours en notariat à l'Université catholique de Louvain. « Il sera aussi conseiller à la Fédération belge des notaires, se souvient son fils Renaud. Papa était quelqu'un de très actif. Il nous a marqués par sa conviction de faire avancer les choses. C'était assez impressionnant et pas toujours facile à suivre. Il était convaincu de tout ce qu'il faisait et aussi très passionné. » Côté loisirs, Michel Grégoire a longtemps joué au tennis sur les terrains mohatois tout en intégrant parallèlement le comité du club local. « Plus que la chasse, il aimait la nature et se promener dans les bois, continue son fils. Il appréciait aussi beaucoup la lecture et la musique classique. »