Un roman pour mettre des mots sur la souffrance des invisibles

L’ancien journaliste Bernard Marot publie un roman basé sur son engagement auprès des personnes analphabètes.

Louis MATAGNE
Un roman pour mettre des mots sur la souffrance des invisibles
Notre ancien collègue, Bernard Marot, s’est inspiré de son travail de bénévole qui lutte contre l’analphabétisme. ©ÉdA Philippe Labeye

Le 8 septembre prochain, ça sera la journée mondiale de l'alphabétisation. «Rendez-vous compte, en Fédération Wallonie-Bruxelles, une personne sur dix ne sait pas lire ni écrire», explique Bernard Marot, un Condruzien d'origine qui vit aujourd'hui à Verviers. Quand il a pris sa retraite, il y a quelques années, cet ancien journaliste de L'Avenir a choisi de s'engager comme formateur bénévole au sein de l'ASBL Lire et Écrire, qui lutte pour le droit à l'alphabétisation pour tous. «Cela m'a amené à travailler avec une dame de 83 ans, qui est illettrée, et n'a jamais osé le dire à ses petits-enfants. J'ai eu envie de raconter sa vie dans un roman. J'ai changé son prénom, mais tout ce qui est raconté est vrai et authentique.»