Fraiture Sp. a réussi son retour

Descendant de P2, Fraiture a été un des grands animateurs du haut du classement. Le titre? Fraiture peut y croire. Oui, vraiment.

Anthony Rizzi

Redescendre d'un échelon et être directement compétitif, ce n'est pas donné à tout le monde. Cette gageure, Fraiture Sp. l'a pourtant réussie. Fraiture voulait une tranche. Il a dévoré la première. Fraiture voulait une place dans le top 5. Il est deuxième à une chique du leader qu'il a d'ailleurs battu.

De quoi être vraiment satisfait... «On l'est, en effet glisse Vincent Machiels, le T2 des Rouges. Et, maintenant, on est prêt à jouer le coup à fond. Lequel? Celui qu'on pourra (rires). Je ne dis pas qu'on vise le titre. Mais on va tenter de rester dans la course le plus longtemps possible...» Sans une légère baisse de régime en fin de premier tour, Fraiture Sp. aurait même pu garder cette première place et ce titre honorifique de champion d'automne. «Mais on a fait preuve, face à des équipes dites plus faibles si vous me permettez l'expression, d'une certaine suffisance, regrette Machiels. Si on veut être compétitif, on devra éviter de tomber dans cet écueil. »

Fraiture Sp. peut-il être champion selon son T2? «Moi, je dis oui, même si beaucoup d'équipes peuvent l'être. » Fraiture Sp. doit-il être champion? «Non, on ne doit pas l'être. Mais si on l'est, on ne va pas se gêner, hein...» D'accord, mais si ce n'est pas Fraiture Sp., ce sera qui alors? «La plus belle équipe que j'ai vue, moi, c'est Faimes. C'est très fort et ça joue bien au foot. S'ils sont réguliers, je pense que les Faimois peuvent aller au bout de l'aventure...» Quelque chose nous dit que Fraiture Sp., qui dépend peut-être un peu plus de ses individualités que de son collectif, peut, lui aussi, aller au bout du chemin. Et même si Fraiture devait chuter dans la dernière ligne droite, sa saison serait déjà réussie après avoir tout recommencé à zéro il y a quelques mois...