Tinlot : patients plus en sécurité

La neige coupait le centre neurologique de Fraiture du monde. La Protection civile a été appelée; la sécurité des patients n'était plus assurée.

Pas facile, ces derniers jours, de circuler sur les routes de campagne, hors des axes principaux. À Tinlot, la situation est cependant devenue critique. À un point tel que la bourgmestre Cilou Louviaux est intervenue auprès du gouverneur, afin d'obtenir l'intervention de la Protection civile. La raison? Le centre neurologique de Fraiture était coupé du monde. Ce qui empêchait le personnel soignant d'encore l'atteindre. La sécurité des patients était menacée. «Nous avons réellement des difficultés à prendre soin de nos 120 patients hospitalisés, explique Chantal Collard, directrice du centre neurologique. Nous avons besoin d'équipes en suffisance pour travailler, pour prodiguer les soins aux patients. Et là, la sécurité des patients n'était plus assurée. C'est pour cela que nous avons, avec la bourgmestre, fait appel à la Protection civile.» Le personnel devait pouvoir rallier le centre neurologique, de jour comme de nuit. Et là, certains infirmiers et infirmières n'y arrivaient plus. «Certains, qui étaient présents, ont même dû passer la nuit ici pour être sûrs d'être déjà sur place pour reprendre leur service.» La situation, cependant, devait se normaliser avec l'arrivée de la Protection civile.

«Le gouverneur a accepté notre demande

, expliquait la bourgmestre tinlotoise Cilou Louviaux.

Il fallait dégager de façon permanente un chemin d'accès assez large pour permettre à deux voitures de se croiser.» Et aussi rendre accessible la voirie reliant le centre neurologique à la route du Condroz. «Le service des travaux y est allé à plusieurs reprises. Mais à peine la route était-elle dégagée que les congères se reformaient. Il fallait l'élargir un maximum.» Une fois la Protection civile en piste, le service des travaux pouvait alors travailler sur d'autres voiries. Car comme un peu partout, les voiries secondaires étaient difficiles d'accès. «On a ainsi fermé certains raccourcis pour éviter de déblayer des routes peu fréquentées.» C.Du