David Delferière ne sera plus président de l’ACFF fin de saison, au plus tard

L’actuel président de l’Association des Clubs Francophones quittera son poste maximum fin de campagne 2022-2023. Mais il pourrait s’en aller d’ici la fin de l’année civile.

Anthony RIZZI
 David Delferière ne sera plus président de l’ACFF maximum fin de saison
David Delferière ne sera plus président de l’ACFF maximum fin de saison ©BELGA 

L’actuel président de l’Association des Clubs Francophones quittera son poste maximum fin de campagne 2022-2023. Mais il pourrait s’en aller d’ici la fin de l’année civile.

L’information était dans l’air et elle vient d’être confirmée par le principal intéressé: David Delferière, l’actuel président de l’ACFF, quittera son mandat en fin de saison 2022-2023. "Je suis en fin de mandat en juin 2023 et je ne compte en effet pas demander une prolongation de celui-ci à ce moment-là, avance celui qui est président de l’Association des Clubs Francophones depuis 2019 et qui avait été renouvelé en 2021. J’ai 70 ans, je pourrais demander une prolongation à ma province du Hainaut jusqu’à mes 75 ans et même encore ajouter à ça une année ou deux, mais non, je ne le ferai pas. Je pense qu’à un moment, il faut savoir céder le relais… Et ce moment est sans doute venu pour moi… Je suis au service de mon club depuis 1971 et de l’Union belge depuis 1993. Il est temps, je pense, de passer à autre chose… "

Le Hennuyer quittera donc ses fonctions au plus tard fin de saison. Mais il est possible, plus que probable même, qu’il soit contraint de le faire avant la fin de l’année civile. De plus en plus isolé et pas toujours enclin aux changements manifestés par l’ACFF sur le chemin de la modernité, David Delferière va sans doute d’ailleurs quitter ses fonctions avant le 31 décembre 2022. Il ne nie pas qu’il réfléchit sérieusement à la question… "Nous avons un CA important le 13 décembre prochain et, oui, je vais poser la question de savoir s’il ne serait pas de bon ton que je parte avant, avoue-t-il. Un consultant a été désigné afin de mener une série de réformes au sein de notre institution. J’avoue que je ne suis pas toujours ouvert aux changements qu’on propose à l’ACFF. Certaines réformes vont à mon sens trop loin. Comme cette fameuse réforme de l’avenir financier des clubs amateurs. Il faut du changement mais à ce point-là, je ne suis pas d’accord. Mais je ne veux pas me retrouver seul contre tous. Donc, je dois me remettre en question. Il faut savoir le faire. Je ne suis pas un homme à m’accrocher à mon poste absolument. C’est comme un camp de vacances: quand tu n’y prends plus de plaisir, tu dois penser à changer de camp de vacances…"

Une page va donc se tourner à l’ACFF qui sera amenée, dans les prochains mois, à désigner un successeur à David Delferière.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...