Officiel: il n’y aura pas de Cor’Huy’Da cette année

Faute de bénévoles en nombre suffisant, les membres du Huy Athletic Club ont préféré ne pas organiser la traditionnelle épreuve de fin d’année en plein centre-ville. Dommage…

Florian Caspers
 Voir les joggeurs arpenter les artères du centre-ville, ce ne sera pas pour cette année.
Voir les joggeurs arpenter les artères du centre-ville, ce ne sera pas pour cette année. ©Léva 

La décision ne surprendra personne tant on n’en avait pas entendu parler ces derniers jours: non, il n’y a aura pas de Cor’Huy’Da cette année. Comme en 2020. Comme en 2021. Si, il y a deux ans, la décision s’expliquait par la pandémie de coronavirus, une fenêtre s’était ouverte l’année dernière, avec certaines restrictions. Mais les membres du Huy Athletic Club n’avaient pas voulu mettre l’événement sur pied, faute de forces vives.

Un manque de bénévoles criant qui explique également, non pas l’annulation, mais bien la non-organisation de l’événement cette année. Alors qu’il accompagne traditionnellement l’ouverture des plaisirs de Noël sur la Grand-Place. "Il y a énormément de manifestations, mais de moins de moins de bénévoles, explique Étienne Roba. C’est devenu une denrée très rare. Et je comprends tout à fait la décision de club d’athlétisme de Huy de ne pas l’organiser. Mettre sur pied un tel événement mais avec moins de personnes qu’avant, c’est très compliqué. la Cor’Huy’Da doit mobiliser beaucoup de bénévoles, on a besoin de signaleurs, on ne peut pas s’en passer, même en pleine contre-ville. C’est une charge importante. "

Mais, comme dans pas mal de structures sportives, les bénévoles deviennent de moins en moins nombreux, cette non-organisation signe-t-elle la fin de l’épreuve mythique qui a animé le centre de Huy durant de nombreuses années ? "C’est possible, souffle l’échevin des sports et des événements. Mais cela pourrait être le cas également d’autres activités. Vous savez, si les organisateurs des apéros hutois décident de ne pas l’organiser, cela n’existera plus. Pareil pour la Huy Night Run qui mobilise trois clubs sportifs et 150 bénévoles. Ce serait évidemment dommage, mais nous ne pouvons qu’acter la décision des organisateurs, c’est comme ça…"

Il n’empêche, Étienne Roba reste ouvert à toutes les possibilités. "Si on a un club qui souhaite reprendre cette activité avec nous, nous sommes bien entendu ouverts à la discussion. Et ce, peu importe l’activité qui est proposée. Après, il faut évidemment voir si c’est faisable."

Déjà dénaturés par la crise énergétique, les plaisirs de Noël risquent de perdre encore un peu de leur charme avec la non-organisation de cette manifestation sportive qui a fait rêver les petits et les grands depuis un paquet d’années.