Van den Dries: « Le bonheur, c’est de se classer devant des Rally2 »

Pour son neuvième Condroz, Johan Van den Dries ne sera plus dans la découverte de sa Peugeot 208 Rally4. Il veut avant tout se faire plaisir.

Matthis Demoulin
 Comme à son habitude, Johan Van den Dries n’a qu’une seule ambition: aller chatouiller le plus de gros bras possible.
Comme à son habitude, Johan Van den Dries n’a qu’une seule ambition: aller chatouiller le plus de gros bras possible. ©Heymans 

Sera-ce l’année de la confirmation pour Johan Van de Dries ? L’Oheytois d’origine hutoise semble en tout cas avoir trouvé le bon mode de fonctionnement de sa Peugeot 208 Rally4 "C’est magique, expliquait-il samedi sur la Grand-Place de Huy, C’est la meilleure auto que j’ai jamais eue. J’ai pourtant déjà eu une C2 S1600, une Skoda Fabia S2000, qui sont des voitures fabuleuses et compliquées à conduire, ça, il n’y a pas à redire, mais cette Peugeot offre des sensations vraiment différentes. Je n’ai jamais conduit une auto qui me satisfaisait à ce point. Alors, c’est clair que ce n’est peut-être pas la voiture la plus sexy, le bruit on aime ou on n’aime pas, mais au volant, c’est vraiment très plaisant pour une traction, surtout quand on prend le rapport qualité – prix. Ça ne coûte pas si cher, et quand on l’entretient co rrectement, c’est très fiable."

Johan Van den Dries reste sur deux bons résultats cette saison en BRC avec une 21e position finale à Namur et une 17e à l’East Belgian Rally. "Tout le monde m’a dit que j’avais bien conduit à Saint-Vith, et c’est vrai que j’ai vraiment fait une course assez solide, malgré un ordre de départ pas du tout avantageux. J’ai donc bon espoir de faire aussi bien ici à Huy, d’autant que je connais bien ma voiture maintenant. Je la découvrais l’an dernier puisque je l’ai eue à peine une semaine avant l’épreuve. C’est un rallye très long, très piégeux, donc en objectif premier, je vais me faire plaisir, ensuite on va essayer d’être au bout, mettre des gaz et essayer d’accrocher le meilleur classement possible. Le bonheur, c’est de se classer devant des Rally2, et on y arrive chaque fois, on peut en espérer la même chose ici."

Personne à battre

Lorsqu’on lui demande s’il a quelqu’un à battre et sur qui focaliser sa course lors de ce Condroz, Johan avoue ne rien revendiquer. "Ceux qui seront présents roulent en championnat. Souvent, ce n’est pas mon cas. J’ai cinquante ans et je bosse, je n’ai pas le temps de rouler tous les week-ends. Tom Rensonnet, par exemple, était encore en France ce week-end pour les FIA Motorsport Games, il sera évidemment plus chaud et c’est normal. Il y aura un autre facteur déterminant à prendre en compte, c’est le choix des pneus. On ne peut en inscrire que dix pour les deux jours de course et il ne faut pas se tromper avec la météo. Ça va être très compliqué, on ne peut pas faire ce qu’on veut, surtout si le temps change en dernière minute."