Que de regrets nandrinois

Amay1

Alaric Dantine

Voilà un partage qui arrange davantage les locaux que Templiers. "Oui, car on se retrouve à la portée d’équipes qu’on avait su distancer un moment" constatait Pierre Sougnez. Ce dimanche, ses gars ont pourtant dominé les débats. "C’est paradoxal car nous avons été solides derrière au premier acte sans parvenir à concrétiser devant. Tout le contraire de d’habitude. Heureusement qu’on arrache ce partage dans les arrêts de jeu."